23 octobre 2012

Bienvenue

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 17 h 40 min

Bienvenue sur mon blog !

40% de sérieux, 60% de légèreté.

Je crois que ce slogan reflète bien ce que je fais de ce blog.

Je veux vous donner des infos diverses et variées, vous faire part de suggestions, vous donner du beau à voir, du sexy et même plus. Après tout, pourquoi s’interdire toutes les libertés?

Je veux que ce blog soit à la fois informatif et divertissant !

J’espère y réussir et je vous souhaite de bons moments ici. 

Rafa

15 février 2019

ÉCOUTER > C’est annoncé…

Classé dans : Regarder... Lire... Écouter — fierementgay @ 13 h 09 min

0222 HUGO BARRIOL

&&&&&&&&&&&&

0222 PATRICK FIORI

0301 A BASHUNG

0301 ALAIN BASHUNG

0301 TOM WALKER

15 fév > POLITIQUE : La difficile reconquête de l’opinion…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 13 h 04 min

FRANCE2017-VOTE-LEFT-WING

Dimanche dernier, le président des Républicains a achevé un « tour de France ».

Une dizaine de départements visités en quête d’un « vrai dialogue avec les Français opposé à l’opération de communication d’Emmanuel Macron ».

« Cette séquence comportait en réalité deux enjeux : la reconstruction du parti et la reconquête d’opinion de notre leader » explique un dirigeant du parti.

Élu en décembre 2017, Laurent Wauquiez enregistre une progression dans les sondages depuis le début de l’année.

Mais, il reste loin derrière de nombreux responsables de droite, comme Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand, François Baroin, Valérie Pécresse ou Gérard Larcher.

La cause ?

« Si Laurent Wauquiez n’est pas responsable de tout et que son problème principal est de composer dans un espace rétréci pour la droite, dont une partie est acquise à Emmanuel Macron, il pâtit également d’un doute sur sa sincérité, renforcé par le fameux épisode de l’EM Lyon » selon Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop. 

Le 16 février 2018, TMC diffusait des extraits sonores d’un cours donné par Laurent Wauquiez devant des étudiants lyonnais.

Il avait lancé des attaques contre une grande partie de la classe politique, y compris Nicolas Sarkozy.

« Il a installé un soupçon permanent d’insincérité » constate l’un de ses soutiens, qui se désole de chaque épisode.

Comme cette critique d’Emmanuel Macron prêtée à Angela Merkel, mais inexistante.

Ou encore ce gilet jaune que Laurent Wauquiez affirme n’avoir « jamais porté », avant d’être démenti par une photographie prise en Haute-Loire.

« Wauquiez s’est vraiment ridiculisé. L’EM Lyon, le gilet jaune, c’est quand même un festival » résume l’un de ses détracteurs.

Étiquette persistante reprise par Édouard Philippe, reprochant au patron de LR « un problème avec la vérité ».

En début d’année, le président d’Auvergne-Rhône-Alpes a lui-même reconnu avoir « parfois donné prise aux caricatures médiatiques si promptes à résumer le débat d’idées à quelques anecdotes et petites phrases ». 

Invité par la plupart de ses soutiens à être « plus présent », Laurent Wauquiez multiplie les déplacements.

« Ce n’est pas un changement de stratégie » explique son entourage.

« Il est dans la pré-construction d’une machine de guerre électorale entièrement tournée à son service. Mais, son problème d’empathie persiste. Un grand responsable politique, un présidentiable doit susciter de l’empathie, voire de la sympathie » résume un ancien des républicains.

Avec le choix du conservateur, François-Xavier Bellamy, comme tête de liste aux élections européennes, Laurent Wauquiez se sait attendu au tournant.

En cas de mauvais résultats, ses soutiens s’attendent à « tanguer ».

Tous espèrent que le laborieux travail d’opposition finira par payer.

« On a les bons diagnostics, mais on n’en profite pas » se lamente un soutien qui cite les thèmes ciblés par Laurent Wauquiez : le sort des retraités, la France des territoires et la fiscalité. 

« Wauquiez est têtu. Si la lame ne plie pas, ce sera de l’acier trempé » pronostique un dirigeant des Républicains.

15 fév > CHANSON : « On m’a qualifié de désinvolte. Or, j’ai fait pas mal de choses ».

Classé dans : À savoir,Regarder... Lire... Écouter — fierementgay @ 12 h 49 min

dutronc

Jacques Lanzmann, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Serge Gainsbourg, Jean-Luc Godard, Maurice Pialat…

Et lui, et lui, et lui !

Chose rare, Jacques Dutronc a accepté de se raconter dans une interview sans filtre à l’occasion de la sortie de la compilation : « Fume !… c’est du Best ».

Cigare à la bouche, lunettes noires sur le nez, sourire éclatant, il reçoit chez lui, à Monticello, village corse dont il est tombé amoureux un été 1966.

Il a l’humeur bavarde pour revisiter sa riche carrière musicale et cinématographique.

Extraits.

« Parmi mes chansons, il y a celles que je chante souvent sur scène et qui ont forcément une histoire. Mais, il y en a d’autres que je ne chante plus. Par exemple, Le Responsable avec les whaou que je crie. Là, je me moquais un peu de Johnny. Ça faisait rigoler mes potes, mes musiciens. Bon, la maison de disque a gardé ça ».

« Mon éducation musicale  a été classique. Avant la guitare, j’ai appris le piano avec mon père. Puis, il y a eu le jazz. Mais, ce qui compte en musique, ce sont les harmonies. Pour moi, le seul vrai musicien, c’est Ravel que tout le monde connaît pour Le Boléro. Souvent, ce qu’on retient d’un artiste n’est pas ce qu’il a fait de mieux. Quand les gens m’abordent, c’est pour me dire : Il est 5 heures, Paris s’éveille. Ça va ! ».

« Johnny et Eddy ne juraient que par l’Amérique. Pas moi. La preuve, c’est que j’ai gardé mon nom pour la scène. Quand mon producteur, Jacques Wolfsohn, sort : Et moi, et moi, et moi, il va le faire écouter à Lucien Morisse, patron d’Europe 1, qui dit : pas mal, mais le coup de génie, c’est le nom ! Où t’as pu trouver un nom pareil ? ». 

« Ma collaboration avec Jacques Lanzmann a été une rencontre formidable. Jacques Wolfsohn l’avait enfermé dans mon bureau pour qu’il écrive. Je venais l’aider avec la guitare, parce Jacques ne savait pas mettre en musique. On était sur la même longueur d’ondes, autant que dans l’économie de mots ».

« Dans : Il est 5 heures Paris s’éveille; il y a la flûte traversière. On n’arrivait pas à trouver ce petit truc aérien qu’on recherchait. Roger Bourdin, qui passait par là, trouvait ça plutôt joli. Wolfsohn lui a dit de jouer quelque chose. Il nous a fait ses solos en une prise ». 

« Serge Gainsbourg ? C’est Françoise qui nous a présentés. Avant de travailler ensemble, on a longtemps préféré se marrer au bistrot. Au boulot, il ne m’a jamais embêté, mais je savais qu’il pouvait être très chiant ».

« Sur scène, j’avais le trac. Je n’ai plus ce souci depuis longtemps. Alors qu’au cinéma, il est resté à cause de la peur de ne pas me souvenir des dialogues. Du coup, c’est terrible, on ne joue plus ».

« Côté cinéma, pas de projets. Mais, si Albert Dupontel me propose un truc, même comme assistant, j’y vais. Lui, c’est le plus fort actuellement. Mon premier rôle, c’était dans L’important c’est d’aimer de Zulawski. Andrzej n’était pas commode. Mais, comme je ne suis pas un combattant, ça s’est passé à peu près bien. Il me disait : fais ce que tu as envie, alors qu’à Romy Schneider, il lui a imposé cette scène de masturbation. Andrzej savait manipuler les gens. C’était dur de sortir de ce tournage ».

« Avec Godard, c‘était totalement différent. Il parlait peu et moi pareil. On recevait un papier nous disant d’aller sur le plateau. Je m’y pointais. Personne ! Il ne vient pas Jean-Luc ? On me répondait : Non, il est au cinéma. Il apprend ».

« Van Gogh », avec Pialat, ça a été éprouvant. Lui, c’était le plus dangereux et le plus attachant en même temps. Il a essayé de me déstabiliser. Il cassait près de moi des chaises en bois pour voir si je réagissais. Rien. Chacun jouait son jeu. Mais, à cette période, j’étais déprimé, car j’avais arrêté l’alcool. Je ne mangeais que des yaourts le midi. Pour Van Gogh, c’était bien d’avoir l’apparence que j’avais, mais j’ai eu du mal, oui ».

« On m’a souvent qualifié de désinvolte. Je l’ai tellement entendu que j’ai failli y croire. Au début, on disait même : je-m’en-foutiste. Mais, quand on s’en fout, on ne fait rien. Or, j’ai fait pas mal de choses ».

« J’ai 75 ans. Y’a un âge où il faut s’arrêter, sans doute. Même si, d’une certaine façon, continuer maintient en vie ».

15 fév > PARIS : L’ambassadeur du pape accusé d’agression sexuelle…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 12 h 13 min

Luigi-Ventura

Il est le nonce apostolique en France.

C’est-à-dire qu’il est l’ambassadeur du Vatican auprès du gouvernement français.

Chargé d’assurer le lien entre le Saint-Siège et l’État français, entre le pape et les évêques, Luigi Ventura est en place depuis 2009.

Ce prélat, âgé de 74 ans, est visé par une enquête pour « agressions sexuelles ».

L’information vient d’être révélé par le quotidien, « Le Monde ».

Luigi Ventura est accusé d’attouchements sur un jeune cadre de la Mairie de Paris.

C’est le 23 janvier que la Mairie de Paris a adressé un signalement au procureur de la République.

Procédure définie par le code de procédure pénale, qui oblige « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire, apprenant un crime ou un délit, à le signaler au procureur de la République et à lui transmettre les renseignements nécessaires ».

Une enquête pour « agression sexuelle » a aussitôt été ouverte.

Les faits dénoncés se sont passés le 17 janvier dernier, lors des traditionnels vœux d’Anne Hidalgo aux autorités civiles, diplomatiques et religieuses, au sein de l’Hôtel de Ville.

On y croise les présidents et représentants d’associations confessionnelles, religieuses, ainsi que tous les représentants des corps diplomatiques et constitués.

Le nonce apostolique tient un rôle particulier dans cette cérémonie.

« La nonciature apostolique est la plus vieille représentation en France » explique Patrick Klugman, adjoint à la mairie.

« Longtemps, le nonce, doyen du corps diplomatique auprès de la République, montait sur l’estrade et prononçait un discours. Depuis l’élection d’Anne Hidalgo, il se contente d’amener la maire de son bureau jusqu’au salon ».

Ce qu’a fait Luigi Ventura.

Mais auparavant, il aurait laissé traîner, « à plusieurs reprises », une main baladeuse sur un jeune homme de la délégation générale aux relations internationales de la Mairie de Paris.

Luigi Ventura est entré au service de la diplomatie du Saint-Siège en 1969.

À ce stade de l’affaire, il n’a pas réagi à ces accusations.

15 fév > SOCIÉTÉ : L’appellation des parents homosexuels ne satisfait personne…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 11 h 58 min

société

Mardi, les députés ont adopté l’amendement LREM contre l’avis du gouvernement.

Le texte « vise à ancrer, dans la législation, la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l’école ».

D’où l’apparition prochaine de « Parent 1 et Parent 2 ».

La FCPE, première fédération de parents d’élèves, se félicite du vote des députés.

« C’est une très bonne chose. Ça tient compte de l’évolution des situations familiales » a réagi Rodrigo Arenas, co-président.

« Ça rentre en résonance avec la loi votée sur la lutte contre le harcèlement, car souvent les situations de harcèlement d’enfants visent des enfants ne rentrant pas dans les cases ». 

Beaucoup plus de réserve du côté de l’ADFH, « Association Des Familles Homoparentales ».

« Dans un premier temps, on a salué l’amendement parce que, techniquement, ça permet à nos familles de pouvoir être incluses dans des formulaires qui, jusque-là, ne le permettaient pas » explique Alexandre Urwicz, président.

Ceci dit, il craint que cette formulation ne crée « une hiérarchie parentale ».

« Qui est le ‘parent numéro 1 et qui est le parent numéro 2 ? Il vaudrait mieux des formulaires inclusifs avec des cases à cocher : père, mère, représentant légal ».

Comme on peut d’en douter, les associations conservatrices sont vent debout contre cette décision?

À l’instar de Ludovine de la Rochère, présidente de la « Manif pour tous ».

Elle qualifie ce texte « d’absolument déshumanisant. Les enfants ont besoin de repères. Aujourd’hui, on pleure l’absence de repères et, typiquement, cet amendement va dans ce sens de repères fondamentaux qu’on fait disparaître »

Tugdual Derville, directeur de « Alliance Vita », association anti-avortement et anti-mariage pour tous, a appelé à la « désobéissance civile ».

« Nous inviterons, le moment venu, les parents à refuser de s’inscrire dans des cases qui prétendent effacer leur identité dans l’indifférenciation sexuelle ».

La Conférence des évêques de France regrette une « tentative qui, au prétexte d’unifier les démarches administratives, déconstruit la réalité familiale ».

« Cette aseptisation administrative de la vie familiale représente le énième avatar de la théorie du genre, qui voudrait qu’il soit indifférent d’avoir des parents de même sexe ou de sexe différents » écrit Bruno Feillet, président du conseil « Famille et Société » de la CEF.

« Faut-il se demander qui serait le numéro un et qui serait le numéro deux parmi les parents ? » conclut’il.

12345...4265

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769