23 mars 2015

RÉP.DÉM.CONGO- Parents gays ou hétéros, les adoptions sont remises en cause.

Classé dans : XXXX - À savoir — fierementgay @ 14 h 11 min

1congo

C’est sur un nouveau front que les États-Unis veulent discuter avec les autorités congolaises.

Et c’est la sous-secrétaire d’État américaine en charge des Questions Consulaires, Michelle Bond, qui est en République Démocratique du Congo pour mener la charge.

L’émissaire de Barack Obama vient évoquer une question d’envergure sociale mais qui a une forte résonance politique.

« Je suis venue ici pour les centaines d’enfants congolais adoptés par des familles américaines » a déclaré Michelle Bond après une rencontre avec le président de Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko.

Au cours de cet entretien qui s’est déroulé vendredi, Michelle Bond, accompagné par l’Ambassadeur des États-unis a abordé la question de ces enfants congolais, adoptés par des parents américains, mais toujours bloqués dans le pays sur décision du gouvernement congolais.

Elle a précisé en outre que la plupart des parents adoptifs ont terminé la procédure légale et disposent des documents d’adoption.

Cependant, l’adoption d’enfants congolais a été suspendue par un moratoire du Gouvernement.

Par cette mesure, les autorités congolaises veulent protéger les enfants contre certaines pratiques devenues récurrentes dans les pays d’adoption.

Ils incriminent certains réseaux de trafic d’enfants africains qui opèreraient sous couvert d’adoption mais soumettent par la suite ces derniers aux pratiques contre nature, telle que la pédophilie.

Réagissant à cette préoccupation, Michelle Bond a souligné que les enfants adoptifs sont protégés tant par la loi congolaise que par la loi américaine.

« Puisqu’ils sont encore très jeunes, ces enfants devront impérativement quitter la République Démocratique du Congo accompagnés de leurs parents adoptifs » a-t’elle fait savoir.

A la question de savoir quand ces enfants rejoindront leurs nouvelles familles adoptives, la diplomatie américaine dit l’ignorer.

Ce n’est pas la première démarche d’un pays en ce sens. 

Avant les États-Unis, la Belgique a également envoyé un émissaire au début du mois de mars pour formuler la même requête en faveur de leurs concitoyens ayant adopté des enfants.

Les autorités belges ont insisté sur le fait que ces enfants ne sont plus congolais dès lors que leurs parents adoptifs ont rempli la procédure légale.

« Il s’agit d’enfants mineurs pour la plupart qui vivent loin de leurs familles » a indiqué un officiel belge.

Il reste à savoir si les deux démarches aboutiront.

D’autant qu’elles ne sont pas aidées par d’autres démarches qui sont réfutées par le pays sur fond d’homophobie.

En effet, certains analystes estiment que l’équation reste difficile même au niveau du parlement d’autant plus que certaines familles d’adoption sont des couples gays.

La loi congolaise n’autorisant pas le mariage homosexuel, le gouvernement se trouve devant un dilemne.

Comment confier des enfants adoptés à des couples gays, alors qu’on réfute ce mode d’existence.

La question finale est la suivante.

Quel intérêt a retiré le gourvernement en accordant ces adoptions en sachant que les demandes émanaient de couples homosexuels ?

Et là, personne ne donne la réponse.

Laisser un commentaire

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769