• Accueil
  • > À savoir
  • > 5 juil > SUISSE : « Je n’avais jamais pensé vendre mon corps. J’ai cédé ».

5 juillet 2019

5 juil > SUISSE : « Je n’avais jamais pensé vendre mon corps. J’ai cédé ».

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 12 h 23 min

suisse

« Je t’offre 300 francs, si tu nettoies ma voiture torse nu ».

Pour Lars, cette proposition, relativement innocente, n’est qu’une parmi tant d’autres, auxquelles il a été confronté sur « Grindr ».

Le jeune Suisse de 29 ans se souvient avoir reçu des offres bien plus directes sur ce site de rencontres homosexuelles.

« Salut ! Je suis un homme âgé et soigné. Je suis très généreux et voudrais passer mon temps avec de jeunes étudiants. Écris-moi, je suis très généreux ».

Selon Lars, il n’est pas rare que de jeunes homosexuels soient incités à vendre leur corps sur l’application.

Orlando, Zurichois de 27 ans, confirme recevoir régulièrement de telles propositions.

« La plupart du temps, il s’agit d’hommes plutôt âgés, gros et qui ont de la peine à rencontrer quelqu’un de manière normale. Je trouve ça répugnant ».

Contrairement à Orlando, Lars avoue avoir déjà cédé à la tentation de l’argent rapide.

« Ça s’est passé durant ma première année d’études. Je n’avais pas de petit boulot. Avant ça, je n’avais jamais pensé vendre mon corps. Mais, avec toutes ces offres, j’ai finalement cédé. J’ai rencontré des hommes à deux reprises, à Berne et à Lucerne. Et une fois, j’ai rejoint un couple homosexuel dans un hôtel ».

Lars explique avoir empoché 300 francs par heure, à chaque fois.

Soit environ 270 euros.

« Nous nous étions mis d’accord sur le prix au préalable. J’ai été payé après le rapport sexuel ».

Avec le recul, il n’aime pas repenser à cette période-là.

« Après l’acte, je me sentais toujours vide. Je ne suis pas fier de ce que j’ai fait. Mais, j’avais mes études et j’étais en manque d’argent chronique ».

Après ces trois rencontres, Lars fait une croix sur cette activité.

« Je ne voulais pas que ça devienne normal pour moi. C’est effrayant de voir avec quelle rapidité on se fait attirer dans la prostitution ».

Si les offres de sexe tarifé ne sont pas rares sur « Grindr », l’application précise clairement qu’elles sont interdites et que toute personne formulant de telles propositions risque d’être exclue.

Sauf que, à en croire Orlando, « Grindr » ne parvient pas à freiner le phénomène.

« On trouve d’innombrables escorts sur l’application. Les profils en question sont marqués d’un émoji en forme de diamant. Tout le monde sait ce que ça veut dire ».

Roman Heggli, directeur de « Pink Cross », association de défense des droits LGBT, connaît cette situation.

« Je sais que certaines personnes proposent de l’argent en échange de rapports sexuels sur Grindr. C’est évident que ça peut être pénible pour les utilisateurs. Mais, je ne pense pas qu’une interdiction soit la solution. Ce qui est important, c’est de respecter le cadre légal en place, que tout le monde puisse dire non et que les non soient acceptés comme tels ».

Laisser un commentaire

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769