• Accueil
  • > 1- LGBT
  • > 02|07 ~ CINÉMA ~ Pas un chef-d’oeuvre, mais un aperçu de l’homophobie ambiante…

2 juillet 2020

02|07 ~ CINÉMA ~ Pas un chef-d’oeuvre, mais un aperçu de l’homophobie ambiante…

Classé dans : 1- LGBT,CULTURE — fierementgay @ 12 h 14 min

cinéma

Depuis hier, les salles obscures proposent le nouveau film de Marco Berger.

Figure bien connue du cinéma LGBT.

« Le colocataire » rappelle la difficulté de vivre son homosexualité dans certains milieux argentins, même si le pays a adopté le mariage homosexuel, il y a tout juste dix ans.

En voyant l’affiche, certains critiques craignaient un film guimauve, un genre de bleuette érotico-gay.

Bref, un film racontant, pour la énième fois, une histoire d’amour impossible entre deux beaux gosses.

Il y a un peu de ça dans « Le colocataire ».

Mais, le sixième film de Marco Berger est plus subtil qu’il n’y parait.

Il se démarque quelque peu.

Et c’est plutôt réussi.

Le film montre Gabriel, qui emménage avec Juan, son collègue de boulot.

De cette promiscuité, nait une attraction mutuelle, source d’une prochaine passion entre les deux hommes.

Jusque-là, rien de renversant.

Pourtant, le film attrape tout de même le spectateur.

On est dans la banlieue de Buenos Aires, milieu ouvrier, machiste.

Dans cette ambiance hétéronormée, la tolérance n’est pas le point fort.

L’intrigue ne se développe pas autour d’actes d’homophobes primaires, mais autour d’un milieu plus sourd.

Dans cette espèce de huis-clos, le film est lent, sans action, ni rebondissements scénaristiques.

Marco Berger fait le choix de se concentrer sur l’intériorité des sentiments des deux hommes et sur leurs non-dits.

Marco Berger sait filmer les formes, les fesses, les muscles, le désir charnel.

Il sait y faire.

Sa caméra sensualise les corps.

L’image est belle, la tension sexuelle est là.

Il n’y a pas la fièvre et la passion d’un film d’andré Téchiné.

I n’y a pas non plus la grâce d’un Éric Rohmer. 

Mais, « Le colocataire » reste un exercice de style appliquant les codes d’un genre.

Un film de pudeur, de retenue, de sang-froid.

Cette froideur qui tranche avec la chaleur des corps.

Voici la bande-annonce du film.

https://youtu.be/ Le colocataire

Laisser un commentaire

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769