• Accueil
  • > 1- LGBT
  • > 25|11 ~ INDE ~ « Je me reconnaissais enfin dans le miroir ».

25 novembre 2021

25|11 ~ INDE ~ « Je me reconnaissais enfin dans le miroir ».

Classé dans : 1- LGBT,MONDE — fierementgay @ 12 h 29 min

inde

Militante transgenre, influenceuse sur les réseaux sociaux et bientôt chirurgienne, Trinetra Haldar Gummaraju, 24 ans, se bat pour « la liberté d’être soi-même ».

« J’ai toujours été la femme que je suis » affirme-t-elle.

Pourtant, son entourage ne la percevait pas comme telle.

Dès l’âge de quatre ans, Trinetra Haldar Gummaraju doit faire face à brimades et moqueries, chaque fois qu’elle se fait surprendre en train d’exprimer sa féminité.

Comme lorsqu’elle enfilait les robes de sa mère ou tentait de marcher sur des talons hauts.

« Mes parents me voyaient comme un mâle déficient ».

Au fil des années, des garçons plus âgés l’agressent, des enseignants l’humilient, un psychiatre veut la soumettre à des « influences plus masculines ».

Personne n’avait envisagé que Trinetra Haldar Gummaraju puisse être transgenre.

« Je ne m’autorisais pas à remettre en question mon identité sexuelle, parce que les transgenres ont une image tellement négative dans ce pays. On les trouve effrayants, vulgaires, dangereux ».

Dans le pays de l’hindouisme, la communauté transgenre est largement maintenue en marge de la société.

La plupart est réduite à la mendicité et à la prostitution.

À l’adolescence, Trinetra Haldar Gummaraju découvre la haine d’elle-même et commence à se mutiler.

Son horizon s’éclaire lorsqu’elle intègre une école de médecine.

Une réussite qui a suscité admiration et respect.

Là, elle rencontre une communauté plus solidaire.

Un thérapeute l’encourage, avec délicatesse, à assumer son genre.

Aujourd’hui, plus de 220 000 abonnés suivent son compte instagram.

Désormais, elle s’exprime telle qu’elle est vraiment.

Elle a commencé par adopter le nom d’une déesse hindoue, puis elle a suivi un traitement hormonal, avant de subir une intervention chirurgicale.

« Ce fut une période euphorique. Voir son corps changer de silhouette, c’est comme voir le brouillard se dissiper. Je me reconnaissais enfin dans le miroir ».

Ceci dit, la jeune femme a reçu des menaces de viol.

Des féministes l’ont attaqué sur les réseaux sociaux.

« Certaines femmes ne semblent pas comprendre que nous ne sommes pas des hommes cisgenres. Nous ne sommes pas une menace pour les femmes. Les discours alarmistes doivent cesser » explique Trinetra Haldar Gummaraju.

En Inde, la communauté transgenre souffre de multiples préjudices.

« Nous, médecins, savons que les êtres humains sont résilients par défaut. Il faut avoir foi en sa capacité de guérison » conclut-elle.

Laisser un commentaire

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769