21 septembre 2018

21 sept > SOCIÉTÉ : Satisfaits et fatigués à la fois…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 10 h 28 min

1societe travail

Si 68% des salariés sont « contents de venir travailler le matin », ils sont autant à qualifier leur travail de « nerveusement fatigant ».

35% estiment avoir des difficultés à concilier vie personnelle et vie professionnelle.

« Depuis dix ans, malgré des motifs de satisfaction, des zones de risque persistent pour les salariés » relève ce 10ème baromètre, sur la santé et la qualité de vie au travail, réalisé par le groupe « Malakoff Médéric ».

« Les changements des dix dernières années, nouvelles technologies, évolution du tissu économique, ont permis de réduire certains risques, mais en ont fait naître ou exacerber d’autres » explique Anne-Sophie Godon, responsable de l’étude.

Au nombre des « signaux positifs », les salariés, qui jugent leur travail « physiquement fatigant » sont moins nombreux.

Ils sont également moins nombreux à effectuer des gestes répétitifs.

En revanche, l’enquête montre un équilibre très « fragilisé » entre vie personnelle et vie professionnelle avec 35% des salariés faisant part de difficultés à concilier les deux.

51% des cadres affirment ainsi ne pouvoir s’empêcher de consulter leurs mails professionnels en dehors du travail.

Autre enseignement : Entre 2010 et 2018, le nombre de salariés, s’occupant régulièrement d’un proche dépendant ou malade, a doublé.

Il atteint 19%.

Interrogés sur ce qui leur faciliterait la vie, 46% des salariés évoquent des horaires de travail « plus souples ».

28% souhaitent une réduction du temps de travail.

24% aimeraient avoir la possibilité de faire du télétravail.

22% voudraient qu’on leur donne des objectifs « en adéquation avec les ressources dont ils disposent ».

La pression psychologique reste aussi élevée.

68% des salariés jugent leur travail « nerveusement fatigant ».

40% disent « avoir du mal à gérer les priorités ».

Autre problème soulevé, le manque de reconnaissance, qui concerne 42% des salariés, et le manque d’autonomie pour 76% d’entre eux.

Concernant les sujets qu’ils jugent importants pour les dix années à venir, les salariés citent « l’équité et la juste rémunération », ensuite « l’équilibre vie profesionnelle/vie personnelle et enfin «leurs perspectives d’évolution ».

Cette enquête a été réalisée en avril et mai 2018.

21 sept > POLITIQUE : L’expertise psychiatrique fait débat…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 10 h 24 min

1le pen

Hier, Marine Le Pen s’est insurgée contre une demande d’expertise psychiatrique, ordonnée par la justice, dans le cadre de l’enquête la visant pour avoir diffusé des photos d’exactions du groupe État islamique sur Twitter.

Un examen prévu par la procédure pénale.

« C’est proprement hallucinant. Ce régime commence vraiment à faire peur » a écrit la présidente du Rassemblement national sur Twitter.

C’est elle-même qui a rendu publique l’ordonnance d’expertise.

Le parquet de Nanterre a rappelé que Marine Le Pen a été mise en examen pour « diffusion de message violent susceptible d’être vu ou perçu par un mineur », un délit réprimé par le code pénal.

« Pour ces infractions, la loi impose que les personnes poursuivies soient soumises à une expertise médicale » selon l’article 706-47-1.

Marine Le Pen est poursuivie pour avoir tweeté, le 16 décembre 2015, trois photos d’exactions du groupe EI, en réponse au journaliste Jean-Jacques Bourdin, qu’elle accusait d’avoir « fait un parallèle » entre l’EI et le FN.

Ces images montraient un soldat syrien écrasé vivant sous les chenilles d’un char, un pilote jordanien brûlé vif dans une cage et une photo du journaliste américain, James Foley, le corps décapité.

Quelques semaines après les attentats du 13 novembre 2015, cette publication avait immédiatement soulevé un tollé.

« Je croyais avoir eu droit à tout : eh bien non ! Pour avoir dénoncé les horreurs de Daech par tweets, la justice me soumet à une expertise psychiatrique ! Jusqu’où vont-ils aller ?! » a encore tweeté Marine Le Pen.

Dans les couloirs de l’Assemblée, la députée a affirmé qu’elle ne se rendrait pas à cet examen.

Dans les faits, quand une personne refuse de se soumettre à un examen de ce type, l’expert se borne à constater son absence et à la notifier aux magistrats.

« Dans les régimes totalitaires, c’est une des méthodes qui est utilisée contre les opposants » a affirmé Marine Le Pen.

« Ça commence à faire beaucoup. Les tentatives pour nous ruiner, les affaires qui sont créées de toute pièce ».

Elle s’estime « persécutée par les juges ».

Matteo Salvini, son allié italien, lui a exprimé son soutien en se disant « solidaire avec elle et avec les Français qui aiment la liberté ».

Aux États-Unis, Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump, s’est indigné contre « la psychiatrisation de l’opposition politique. Une tactique habituelle en URSS, reflétant davantage la folie du régime que celle de sa cible ».

« Prochaine étape, le goulag ? » se demande Nicolas Dupont-Aignan, son ancien allié à la présidentielle.

Jean-Luc Mélénchon, leader de la France insoumise, a estimé que ce n’était « pas avec des méthodes pareilles qu’on fera reculer l’extrême droite ».

Celui qui avait qualifié Marine Le Pen de « semi-démente », en 2012, a exprimé son « désaccord total avec la psychiatrisation de la décision politique ».

« Madame Le Pen est politiquement responsable de ses actes politiques ».

« Il s’agit d’une poursuite absurde, qui dénature la lettre et l’esprit d’un texte destiné à protéger les mineurs » a déclaré l’avocat de Marine Le Pen.

21 sept > ÉTATS-UNIS : Les évêques se lancent dans la lutte contre la pédophilie.

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 10 h 07 min

1usa eveques

Un numéro dédié aux plaintes pour abus sexuels et un code de conduite à respecter.

Les évêques américains ont annoncé les premières mesures faisant suite au scandale qui a poussé à l’éviction du cardinal, Theodore McCarrick.

Dans un communiqué, la Conférence des évêques catholiques américains a annoncé qu’elle allait instaurer un système géré par « une tierce partie » permettant d’enregistrer, au téléphone ou en ligne, des plaintes d’abus sexuels contre les évêques.

Le rôle que jouera l’Église dans la gestion de ces plaintes reste à préciser.

Selon les évêques, « la tierce partie les transmettra aux autorités ecclésiastiques appropriées et, comme requis par la loi, aux autorités civiles ».

La Conférence des évêques a aussi lancé la rédaction d’un « code de conduite » pour les évêques sur les affaires d’abus sexuels.

Il traitera également de « leur éventuelle négligence face à de telles situations ».

Les évêques américains se sont aussi engagés à « appuyer une enquête complète sur le cardinal McCarrick, sur tous les abus qu’il aurait pu commettre, non seulement sur des mineurs, mais aussi sur des prêtres ou séminaristes, et la façon dont ont été gérées les plaintes contre lui ».

La Conférence des évêques assure que « ces mesures ne sont qu’un début » et qu’une consultation est engagée.

« Elle débouchera sur d’autres mesures pour réparer le scandale et rétablir la justice. Certains évêques, par leurs actions ou leur inaction, ont causé beaucoup de tort à des individus, comme à l’Église dans son ensemble. Ils ont utilisé leur autorité et leur pouvoir pour manipuler et abuser sexuellement d’autres personnes. Ils ont laissé la peur du scandale remplacer l’attention et la préoccupation pour ceux qui ont été agressés » déclarent les évêques américains.

Ces premières mesures annoncées sont une réponse au scandale causé par le Theodore McCarrick, l’un des cardinaux américains les plus en vue à l’international.

En juillet dernier, il a démissionné après des accusations d’abus sexuels sur un adolescent et des révélations sur des dédommagements versés à deux jeunes séminaristes qui l’accusaient aussi d’abus.

Ce scandale, auquel s’est ajouté un rapport accablant sur des décennies d’abus sexuels perpétrés au sein de l’Église de Pennsylvanie, a considérablement ébranlé l’Église catholique américaine.

21 sept > POLITIQUE : Il reconnaît que c’est compliqué actuellement.

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 9 h 51 min

EDOUARD PHILIPPE AUX JOURNEES PARLEMENTAIRES LREM

Mercredi, Édouard Philippe a reconnu que « la rentrée est compliquée pour l’exécutif ».

Il s’exprimait devant les députés du MoDem, jusqu’alors loyaux partenaires de la majorité, mais qui ont toutefois adressé un « signal », la semaine dernière, en présentant un candidat au perchoir.

« Je ne suis ni LREM, ni MoDem : mon seul objectif, c’est que ça fonctionne » a martelé le Premier ministre.

Il a assuré que « le MoDem est dans le jeu ».

La semaine dernière, Jean-Louis Bourlanges, député MoDem, avait fustigé une majorité trompe-l’oeil et une mise à l’écart de son parti.

L’attaque contre LREM s’était poursuivie avec la candidature de Marc Fesneau à la présidence de l’Assemblée nationale.

Ce dernier avait recueilli 86 voix, soit au-delà des seuls 46 députés MoDem.

Tout en déplorant « l’ambiance née de ces affronts », Édouard Philippe s’est dit « très calme, ni euphorique, ni défaitiste ».

S’il n’a pas dit un mot de l’affaire Benalla ou du départ programmé de Gérard Collomb, il a reconnu que la démission de Nicolas Hulot « avait fait du mal ».

« Il a répété qu’il voulait la réussite du quinquennat et qu’on pouvait être fier du bilan depuis un an » rapporte un parlementaire présent.

Le chef du gouvernement s’est, par ailleurs, engagé à davantage associer les parlementaires en proposant des réunions de bureaux des groupes LREM et MoDem à l’Assemblée.

En appelant à « davantage anticiper », Édouard Philippe a en outre exhorté à « plus d’explication, plus de pédagogie, en amont et en aval, sur les prochaines grandes réformes ».

Interrogé sur la sortie d’Emmanuel Macron, qui a conseillé à un jeune horticulteur en recherche d’emploi de « traverser la rue pour trouver un travail », il a défendu le président de la République.

« La vie de président de la République est bien plus dure que celle de Premier ministre. Chaque mot, chaque phrase sont scrutés ».

21 sept > ESPAGNE : Les positions sexuelles créent la polémique…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 9 h 47 min

1valence.

1valence

Une femme qui se masturbe, un couple qui pratique la sodomie.

Des sculptures, représentant explicitement des scènes de sexe, créent la polémique.

Elles sont exposées sur une promenade maritime à Valence.

Antoni Miro, artiste local, est habitué à représenter des nus et a rejeté les critiques en faisant valoir notamment que des vases de la Grèce antique étaient ornés de telles scènes à caractère érotique et sexuel.

« C’est un retour à nos racines. Il faut considérer cela comme normal, c’est un acte d’amour ».

Selon Antoni Miro, ces sculptures, réalisées en 2007, sont à leur place dans cet espace public, « face à la Méditerranée, le regard tourné vers la Grèce, berceau de la culture ».

Sauf que certains ont déjà protesté en estimant que des oeuvres explicitement sexuelles ne devraient pas être montrées sur la Marina, lieu public fréquenté par des familles, donc des enfants aussi.

« Forum de la Famille », association conservatrice, a déploré que soient exposées « sur la voie publique, ces scènes qui représentent des fellations et masturbations, laissant voir les parties génitales et différentes pratiques sexuelles ».

Selon elle, « l’exposition peut enfreindre la loi sur la protection des mineurs en les exposant, sans aucun avertissement préalable, à des scènes inappropriées pour leur âge ».

Ces oeuvres sont un échantillon d’une future exposition, qui sera présentée dans un nouveau centre culturel de la Marina de Valence.

12345...2596

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769