20 décembre 2019

20|12 ~ LIRE ~ « Le Vatican n’est pas de la religion, c’est de la politique ».

Classé dans : REGARDER ~ LIRE ~ ÉCOUTER,XXXX - À savoir — fierementgay @ 12 h 20 min

lire

« Le secret fait partie de la gouvernance. Cela dit, quand on parle du Vatican, tout de suite, on fantasme. Ça fait 2 000 ans que ça dure. Ça fait 2 000 ans que l’on tait certaines choses et que l’on brode sur d’autres choses. Je refais l’enquête à chaque fois. C’est ça, ma méthode. J’ai fait trente-quatre enquêtes historiques en douze ans. Je n’ai pas la prétention de les résoudre, mais de bien les raconter ».

C’est Bernard Lecomte qui parle.

Il est l’auteur de « Tous les secrets du Vatican ».

Des secrets qui vont intéresser tout le monde ? 

« Le Vatican n’est pas de la religion, c’est de la politique, de l’histoire. Beaucoup touchent la France et l’Europe » continue Bernard Lecomte.

De l’Histoire ancienne, donc.

Mais aussi, des faits récents.

 Comme celui où Benoit XVI « met le feu » au monde musulman avec une petite déclaration. 

« Il était à Ratisbonne, en Allemagne, dans un amphithéâtre, avec des professeurs. Il a cité une phrase disant que le prophète n’avait pas fait que du bien. Une agence américaine n’avait repris que cette phrase et la planète entière s’est enflammée ».

Un autre thème sensible : l’omerta des abus sexuels et le manque de transparence quant aux sanctions attribuées aux fautifs. 

« Ça fait 20 ans que l’Église est empêtrée dans ces affaires de pédophilie. Benoit XVI avait déjà fait beaucoup contre certains cardinaux. Il avait convaincu Jean Paul II. Le pape fait avancer beaucoup de choses, mais il y avait un os : l’Église ! Ce qui a tout changé, ce sont les victimes qui ont pris la parole. Leur pression a opéré. Le pape François a levé ce tabou » conclut Bernard Lecomte.

Dans « Tous les secrets du Vatican », il a le souci constant de démêler le vrai du faux.

Il apporte des réponses, parfois inattendues, aux questions que nous nous posons tous. 

20|12 ~ SOCIÉTÉ ~ Un syndicat appelle à une « pause » pour les fêtes…

Classé dans : XXXX - À savoir — fierementgay @ 11 h 55 min

société

Hier, l’Unsa a appelé à une « pause » dans le mouvement de contestation contre la réforme des retraites.

C’est ce qu’a indiqué Laurent Escure, secrétaire général du syndicat, à la sortie de la réunion avec le Premier ministre.

« Cette pause est décidée pour les vacances scolaires » a précisé Didier Mathis, secrétaire général de l’Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de la SNCF.

« Sur les transactions sectorielles, on a eu la confirmation d’une garantie offerte sur le contrat social et moral du secteur des transports publics. Le bureau fédéral de l’Unsa ferroviaire a décidé de prendre acte de ces avancées et d’appeler à une pause du mouvement à la SNCF. À la RATP, il y a un dialogue entre la direction et les agents » a expliqué Laurent Escure.

Dans un communiqué, l’Unsa ferroviaire explique que cette pause est décidée « dans un souci de dialogue social et de continuité du service public, après avoir constaté une position d’ouverture de la part du gouvernement, qui propose, pour la première fois, des avancées notables. Mais, en fonction de l’issue des prochaines négociations, elle n’hésitera pas à remobiliser ».

De leur côté, la CGT-Cheminots et SUD-Rail, 1er et 3ème syndicats à la SNCF, appellent à continuer la grève. 

La CFDT-Cheminots doit décider, dans la journée, de poursuivre ou non le mouvement.

20|12 ~ POLITIQUE ~ Des députés veulent lutter contre les sites pornographiques…

Classé dans : XXXX - À savoir — fierementgay @ 11 h 47 min

politique

Agnès Thill, députée exclue du groupe LREM pour ses propos homophobes, vient de déposer une proposition de loi, qui vise « à faire de la protection des mineurs contre la pornographie la grande cause nationale de 2020 ».

La députée est soutenue par Louis Alliot, Nicolas Dupont-Aignan ou encore Marc Le Fur.

« Certains parents mettent des garde-fous avec des logiciels de contrôle parental. D’autres se bercent d’illusions ou minimisent les effets de ces vidéos. Cette industrie sur Internet est trouble, pèse des milliards de dollars et est animée par le seul esprit de profit, sans aucune considération pour ces mineurs » avance Agnès Thill.

Cette initiative parlementaire a peu de chances d’aboutir.

Habituellement, les grandes causes nationales sont choisies par le Premier ministre, après un appel à candidatures public.

Ceci dit, cette volonté agit comme un effet d’annonce pour un débat parlementaire à venir.

Début décembre, les députés LREM ont déposé une proposition de loi tendant à imposer la mise en place obligatoire d’un vérificateur d’âge pour accéder à des sites pornographiques.

Elle fait suite à un ultimatum lancé par le président de la République, mi-novembre.

Emmanuel Macron a donné six mois aux fournisseurs d’accès à Internet pour mettre en place un contrôle parental systématique et par défaut.

« Faute de quoi, les juges pourront bloquer les sites, qui ne se conformeraient pas à cette mesure ».

Si l’objectif affiché est de mieux protéger les mineurs, la loi saura-t’elle répondre à un marché facilement accessible aux adolescents et profondément chamboulé par l’avènement d’Internet ? 

Dans son livre, « À un clic du pire », Ovisdie, réalisatrice et ex-actrice porno,  rappelle que « 70% des consommateurs mineurs ont accès à ces contenus, non pas à partir de l’ordinateur familial, comme trop de parents se l’imaginent, mais tout simplement sur leur téléphone ».

20|12 ~ MEURTHE-ET-MOSELLE ~ Deux mineurs piègent deux homosexuels…

Classé dans : XXXX - À savoir — fierementgay @ 11 h 36 min

meurthe et moselle

Âgés de 14 et 17 ans, ils se connectent sur un site de rencontres gay pour créer un faux profil.

Celui d’un jeune homme homosexuel de 19 ans en quête de sexe.

L’annonce va faire deux victimes.

Ces deux hommes se rendent au rendez-vous donné par le faux profil.

Rendez-vous fixé, en soirée, dans un parking souterrain de Vandœuvre-lès-Nancy.

Le 13 septembre pour l’un et le 21 septembre pour l’autre.

Les deux homosexuels sont alors roués de coups par les deux adolescents.

Dans l’un des cas, ils sont rejoints par des complices.

Les deux victimes ayant déposé plainte, l’affaire est confiée à la Brigade des Atteintes aux Personnes de la Sûreté départementale.

Mercredi, les investigations ont débouché sur l’interpellation des deux jeunes suspects.

En garde à vue, le jeune homme âgé de 14 ans a reconnu partiellement les faits.

L’autre a nié en bloc.

C’est hier qu’ils ont été présentés au juge des enfants.

Un placement sous contrôle judiciaire a été décidé.

En attendant un procès où ils devront répondre de « violences aggravées en réunion avec préméditation et en raison de l’orientation sexuelle des victimes ».

20|12 ~ SOCIÉTÉ ~ Les associations LGBT auditionnées par le Sénat…

Classé dans : XXXX - À savoir — fierementgay @ 11 h 14 min

société

Hier, plusieurs associations LGBT ont été auditionnées par la Commission spéciale du Sénat chargée d’examiner le projet de loi de Bioéthique.

Pour ces associations, le dispositif pour l’établissement de la filiation, prévu dans le texte, crée « une nouvelle discrimination ».

C’est la mesure phare du projet de loi : l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires.

Actuellement réservée aux couples hétérosexuels, elle sera remboursée par la Sécurité sociale.

Votée par les députés, cette mesure rencontre l’opposition d’une large partie des sénateurs.

« Le Sénat est majoritairement à droite. Je veux vous inviter à ne pas commettre certaines erreurs du passé, après les oppositions au PACS et au mariage pour tous » a déclaré Catherine Michaud, présidente de l’association, « Gaylib », lors de son audition.

Pendant plus de deux heures, les représentants de cinq associations LGBT sont intervenus : l’ADFH, « Association des Familles Homoparentales », l’APGL, « Association des Parents et futures parents Gays et Lesbiens », « GayLib », « Inter-LGBT » et « SOS homophobie ».

Tous ont fait part de leurs attentes autour de ce texte.

Si tous se sont félicités de l’ouverture à la PMA à toutes les femmes, tous ont déploré qu’elle soit accompagnée d’un « droit spécifique, dérogatoire : à savoir la reconnaissance conjointe anticipée ».

En effet, le projet de loi prévoit un dispositif spécifique pour l’établissement de la filiation pour les couples de femmes ayant recours à une PMA avec tiers donneur.

« Ces couples de femmes devront consentir, devant notaire, à faire une PMA avec tiers donneur et, au même moment, elles s’engageront à devenir les mères de l’enfant à naître » a expliqué Nicole Belloubet devant la Commission.

La ministre de la Justice a souligné que « l’égalité en matière de procréation doit être considérée par rapport à la situation des couples. Situation qui est différente entre les couples hétérosexuels et homosexuels ».

« Nous sommes en faveur de l’extension du droit commun » lui a répondu Véronique Cerasoli, porte-parole de « SOS homophobie ».

« Cette loi a pour ambition de mettre fin à des discriminations envers certaines personnes et, notamment, les femmes lesbiennes. Or, créer un droit dérogatoire à leur encontre, c’est créer une nouvelle discrimination. C’est donc prendre d’une main ce que l’on donne de l’autre ».

Les associations militent pour que le droit de filiation, existant pour les enfants nés d’une PMA avec donneur au sein d’un couple hétérosexuel, s’applique aux enfants d’un couple homosexuel.

Les associations observent que « le projet de loi établit une filiation différente entre un enfant et la mère qui accouche, selon qu’elle est en couple avec un homme ou avec une femme ».

De son côté, l’ADFH « soutient la modalité de reconnaissance conjointe anticipée, qui a été votée par l’Assemblée nationale, puisque cette modalité permet de respecter la solidarité des femmes en couple, lorsqu’elles s’engagent dans une PMA. Mais, nous souhaiterions que ce système soit étendu à tous les enfants nés par PMA avec don de gamète ».

« Nous avons constaté, qu’à créer des petits droits, on est toujours obligé d’y revenir. On y revient après de nombreuses souffrances. On met les gens dans des tiroirs, alors que le plus simple, c’est d’ouvrir les portes de notre maison républicaine à tout le monde sans discrimination. Les personnes homosexuelles sont des citoyens comme tout le monde. Il n’y a aucune raison de créer des petits droits pour les personnes homosexuelles » a argumenté Marie-Claude Picardat, porte-parole de l’association.

Muriel Jourda, sénatrice LR et rapporteure de la Commission spéciale, a objecté que « plusieurs juridictions ont indiqué qu’il n’y avait pas de discrimination à traiter différemment des personnes qui étaient dans des situations différentes. En réalité, les femmes seules ou homosexuelles ne sont pas la même situation de fait que des couples hétérosexuels, face à la procréation ».

Lors de cette audition, les associations LGBT ont également regretté le refus d’intégrer les personnes transexuelles à la PMA ou encore la PMA post-mortem.

« Cela marque une forme d’incohérence. Une femme seule ne pourrait pas achever un projet parental avec les gamètes de son défunt conjoint, mais pourrait avoir accès à la PMA avec un tiers donneur en tant que femme célibataire » a déploré Catherine Michaud.

Enfin, tous les intervenants ont demandé la reconnaissance des enfants nées de Gestation Pour Autrui à l’étranger, alors que la Cour de Cassation vient d’élargir sa jurisprudence, en validant l’entière transcription à l’état civil des actes de naissances d’enfants nés à l’étranger dans le cas de deux couples d’hommes.

Le projet de loi Bioéthique sera examiné, au Sénat, à partir du 21 février 2020.

12345...3167

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769