24 septembre 2021

24|09 ~ TÉLÉVISION ~ Coup de maître pour BFMTV, coup de blues pour France 2…

Classé dans : MÉDIAS — fierementgay @ 12 h 15 min

télé

Carton plein pour le duel !

Le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour a été suivi par 3,81 millions de personnes, hier soir  sur BFMTV.

Avec une part d’audience de 18,7 %, la chaîne d’infos a même devancé TF1, dont la part d’audience est de 17,6%.

La différence entre les pourcentages s’explique par le fait que les deux programmes n’avaient pas la même durée.

Si BFMTV a réalisé ici un score historique, du côté de France 2, c’est la soupe à la grimace.

Le premier numéro de « Élysée 2022 », nouvelle émission politique du service public, a fait un véritable flop.

À peine plus d’un million de personnes était au rendez-vous.

Soit une part d’audience de 5,1 %.

France 2 a également été devancée par M6, France 3 et TMC.

21 septembre 2021

21|09 ~ TÉLÉVISION ~ « Ce tournage était très spécial de par la vérité de l’histoire ».

Classé dans : CULTURE,MÉDIAS — fierementgay @ 8 h 45 min

télé

Une actrice métamorphosée dans un rôle qui l’a « bouleversée ».

Après été la fantasque Alice Avril dans « Les Petits Meurtres d’Agatha Christie », Blandine Bellavoir incarne Christine Villemin dans « Une affaire française ».

Série française diffusée depuis hier soir sur TF1.

Blandine Bellavoir raconte comment elle a vécu ce rôle important de l’affaire dite du « Petit Grégory ».

« Quand le réalisateur, Christophe Lamotte, m’a proposé le rôle, j’ai hésité. J’étais en plein post-partum. Ce n’était pas évident ».

Née en 1984, l’actrice n’était qu’un bébé quand le corps de Grégory a été découvert dans la Vologne.

« Très vite il y a eu un sentiment de responsabilité très fort. Je savais que cette affaire avait divisé la France, que tout le monde avait un avis dessus. Mais, je ne soupçonnais pas à quel point. Je ressens cela depuis qu’on fait la promotion ».

Blandine Bellavoir accepte le rôle pour « l’histoire d’amour incroyable que la série raconte ».

« Lorsque l’un d’eux s’écroule, l’autre tient. J’avais déjà tourné avec Christophe Lamotte. Il est extrêmement bienveillant et élégant dans sa mise en scène. C’est quelqu’un en qui j’ai confiance. Aujourd’hui, je n’ai plus envie de travailler avec des gens qui sacrifient ce que je donne ».

Ce qui frappe l’actrice, en découvrant les détails de l’affaire, ce sont les préjugés sexistes dont Christine Villemin a été victime.

« On a reproché à Christine d’être trop ou pas assez comme ci ou comme ça. Des reproches adressés aux femmes en général » explique Blandine Bellavoir.

« Le terme, chasse aux sorcières, est apparu en plein milieu du tournage », alors qu’elle tourne une scène à l’hôpital où Christine Villemin, enceinte de jumeaux, vient de faire une hémorragie et perd l’un des deux bébés.

« Tout d’un coup, le juge entre et un expert vient lui faire faire la dictée, parce qu’elle est soupçonnée d’être le corbeau. Un flic la déshabille en permanence du regard. C’était tellement violent. J’ai dit à l’équipe : Je ne peux plus. Comment a-t-elle fait ? Quelle force ! ».

« Ce tournage était très spécial de par la vérité de l’histoire et du fait que l’affaire n’est pas résolue. Sur le plateau, le sentiment de responsabilité était là tout le temps. Je n’ai jamais vécu cela. Pendant le tournage, je dormais trois à quatre heures par nuit, alors que je ne suis pas insomniaque. Je suis une grosse dormeuse ! » souligne Blandine Bellavoir.

Ceci dit, elle n’a pas cherché le mimétisme.

« Je n’ai pas l’âge du rôle. J’ai vu des images d’archives et j’ai essayé de rester le plus fidèle au sentiment que m’inspirait Christine. Christine Villemin m’a appris la force qui réside dans le féminin et le mot résilience, qui a pris toute sa dimension. Sur le plan personnel, elle m’a chamboulé en tant que femme, en tant que mère, en tant que compagne. Sur le plan professionnel, je ne vais pas interpréter mes rôles de la même façon maintenant. Mon travail fait partie de moi. Il s’imprègne dans mon âme et dans mon corps. Et Christine Villemin laisse une marque incroyable. Merci ».

21|09 ~ MÉDIAS ~ Le réseau social intensifie sa lutte contre le harcèlement…

Classé dans : MÉDIAS — fierementgay @ 8 h 30 min

médias

C’est une campagne d’une ampleur inédite qui arrive à point nommé.

Alors que de nombreux collégiens nés en 2010 sont victimes, depuis la rentrée scolaire, d’une vague de violence sans précédent sur les réseaux sociaux, « Instagram » a décidé de lancer une vaste opération de sensibilisation.

Le but est de lutter contre le cyberharcèlement, dont sont victimes de plus en plus  d’adolescents.

Soutenue par Brigitte Macron et Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles, et en partenariat avec « Génération numérique » et « e-Enfance », cette campagne est  baptisée « #LePoidsDesMots ».

Elle a pour objectif de sensibiliser les adolescents aux risques de dérives de certains comportements en ligne.

« La lutte contre le harcèlement est notre priorité absolue. Nous sommes fiers de lancer une campagne de cette ampleur, pour la première fois, en France » a expliqué Adam Mosseri, membre de « Instagram Monde ».

« Toutes les plateformes ont une responsabilité. Il est de notre devoir de trouver des solutions innovantes pour faire face à ce fléau qu’est le harcèlement que subissent de nombreux jeunes à l’école et sur les réseaux sociaux ».

Ainsi, à partir d’aujourd’hui et jusqu’en juin 2022, un programme de sensibilisation sera déployé dans près de 300 écoles, « avec la volonté de former 70 000 jeunes à la lutte contre le cyberharcèlement » selon Adam Mosseri.

Près de 1 800 ateliers de prévention se tiendront dans les collèges.

Ils seront destinés aux 11-15 ans, afin de les éduquer sur le sujet du cyberharcèlement et de leur apprendre à s’en protéger.

« Près de 200 ateliers complémentaires auront également lieu, à destination des parents, pour les aider à engager le dialogue sur ce sujet primordial auprès de leurs enfants » ajoute la direction du réseau social.

Douze créateurs de contenus et influenceurs vont aussi œuvrer à ce travail de sensibilisation en partageant leur expérience personnelle concernant le harcèlement.

« Cela fait des années que nous travaillons sur cette problématique. Nous avons déjà mis en place de nombreuses fonctionnalités pour aider les jeunes à se prémunir du cyberharcèlement. Nous allons continuer nos efforts pour faire en sorte qu’Instagram soit un lieu sécurisé pour nos jeunes utilisateurs » a déclaré Adam Mosseri.

De nombreuses options, pour rendre la plateforme plus « sûre », ont déjà été développées et améliorées ces derniers mois.

Par exemple, depuis avril dernier, les utilisateurs peuvent une fonction permettant de masquer automatiquement les « demandes de messages directs contenant des mots, expressions ou émojis offensants ».

« Instagram » a également lancé l’outil « Restrict ».

Il permet de restreindre les publications d’un « utilisateur abusif », sans que celui n’en soit notifié.

En outre, il y a quelques semaines, « Instagram » a annoncé le basculement des comptes de ses utilisateurs de moins de 16 ans en mode privé.

« Instagram » n’est pas la seule plateforme à multiplier les mesures pour essayer de rendre sa plateforme plus sécurisée pour les mineurs.

Pour éviter des scandales susceptibles d’entacher leur réputation, tous les réseaux sociaux ont mis à jour leurs règlements concernant les adolescents.

« TikTok », soupçonné d’avoir favorisé l’émergence du hashtag, « #Anti2010 », a annoncé le déploiement de nouvelles fonctionnalités visant à renforcer la sécurité et le bien-être des mineurs.

« YouTube » a également mis en place des mesures similaires en affectant les vidéos, mises en ligne par les 13-17 ans, en « mode privé ».

13 septembre 2021

13|09 ~ TÉLÉVISION ~ La chaîne met fin à son émission…

Classé dans : MÉDIAS — fierementgay @ 9 h 48 min

télé

Sa présence devait être maintenue sur la chaîne.

Finalement, elle s’arrête.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ayant décidé de décompter le temps de parole d’Éric Zemmour comme s’il était engagé en politique, CNews met fin à son émission quotidienne.

Après « Le Figaro », c’est donc au tour de la chaîne d’infos en continu de suspendre sa collaboration avec le potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle.

« Bien qu’Éric Zemmour ne se soit pas déclaré candidat à l’élection présidentielle, qui aura lieu dans sept mois, le CSA, par sa décision du 9 septembre, contraint CNews et Éric Zemmour à ne pas pouvoir continuer l’émission qu’ils faisaient ensemble » indique la direction de la chaîne, dans un communiqué.

« La chaîne d’information, CNews, regrette une telle décision, qui prive des millions de téléspectateurs des interventions du chroniqueur ».

Juste après la décison du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, la direction de Cnews avait affirmé qu’il n’y avait pas lieu de mettre fin à sa collaboration avec Éric Zemmour.

L’éventualité d’une candidature semble avoir modifié les points de vue.

9 septembre 2021

09|09 ~ TÉLÉVISION ~ « Les gens vont se dire : c’est ça les gays ? ».

Classé dans : MÉDIAS — fierementgay @ 9 h 58 min

télé

Les propos de Matthieu Delormeau n’en finissent pas de susciter la polémique.

Selon lui, Bilal Hassani va donner « une image caricaturale des gays » avec sa participation à « Danse avec les Stars ».

Mardi soir, Matthieu Delormeau a persisté dans ses critiques.

« J’adore Bilal. Je n’ai rien contre Bilal. Je dis juste que TF1 n’a pas découvert l’homosexualité en 2021. Le seul moment où ils font danser un homme avec un homme, c’est lorsqu’il est grimé en femme. Pardon, mais un homosexuel, ce n’est pas quelqu’un qui porte une perruque, des faux-cils et qui met une robe ».

« Mais, il a le droit ! » lui a répondu Valérie Benaïm.

« Il est censé nous représenter, nous les homosexuels » relance Matthieu Delormeau.

Un point de vue que ne partage pas Steevy Boulay.

« L’homosexualité est vaste. Je pense qu’il faut être tolérant. On vit une époque compliquée et je trouve que c’est malvenu, surtout de ta part, de juger ça. On doit leur montrer l’exemple en étant solidaires ! ».

Pas de quoi calmer Matthieu Delormeau.

« Vous êtes des faux-culs ! Il aurait eu les cheveux courts et serait habillé comme un garçon, on ne l’aurait pas fait danser avec un homme. Ça s’appelle de la télévision ».

Présent sur le plateau, Nicolas Waldorf, animateur de « Incroyables transformations », a lui aussi critiqué la prise de position de Matthieu Delormeau.

« Bilal se représente lui seul. Il a été pris dans DALS, car c’est un artiste. Il a envie de s’habiller comme il veut. Il le fait et il le fait très bien. Ça donne une visibilité ».

Selon Matthieu Delormeau, la participation de Bilal Hassani risque de susciter des réactions homophobes.

« Dans la vraie vie, ça va donner des gens qui seront devant leur télévision et qui vont se dire : c’est ça les gays ? Ça va créer de l’homophobie. Ça va créer de la violence. Il y a autant de gays qu’il y a de personnes, je suis d’accord. Je n’en juge aucun. Je dis juste que, comme par hasard, dès qu’on en prend un à la télé, on prend celui qui est le plus caricatural, qui est habillé avec une robe, qui se teint les ongles et qui met une perruque ». 

En guise de réponse, Bilal Hassani a publié une photo de lui en robe.

« J’ai juste mis une photo de moi et je suis allé me coucher. J’avais pas spécialement l’énergie pour faire un commentaire constructif, parce que je trouve que ça ne s’y prêtait pas et ne méritait pas une vraie réponse. Au-delà du fait que je puisse le prendre comme une attaque personnelle, c’est grave de dire des choses pareilles devant autant de monde. Non seulement sur moi, mais aussi toutes les personnes qui sont comme moi ! Je n’estime pas que je suis une caricature et je pense être un être humain normal » a-t-il écrit. 

12345...47

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769