9 avril 2019

9 avril > TÉLÉVISION : Des économies, des changements, des disparitions…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 10 h 33 min

france-televisions

En avril, prépare ta grille !

Celle de la prochaine rentrée sera la première pour Takis Candilis en tant que super-directeur des programmes de France Télévisions.

Il a plusieurs fois assuré n’avoir aucun tabou et répète, à qui veut l’entendre, qu’il ne prendra aucune décision définitive avant début mai.

Mais, des pistes de travail (et d’économies) sont déjà sur la table.

Contraint de réduire drastiquement les coûts et de tout réorganiser avant la suppression de France 4 et de France Ô, prévue à la rentrée 2020, Takis Candilis n’exclut pas d’arrêter certains programmes aux audiences faiblardes.

Et il envisage aussi d’en déplacer d’autres.

Y compris les plus emblématiques.

« Il y aura des aménagements, des arrêts et des naissances. Certaines émissions ont une ancienneté considérable. Elles ont apporté leur pierre à l’édifice, mais il faut désormais repenser nos offres » explique l’entourage de Takis Candilis.

Ce dernier a donc six semaines pour assembler les pièces de son puzzle.

Première cible : le matin.

« C’est au programme », présentée par Sophie Davant, date de 1998.

L’émission, consacrée à la vie quotidienne, affiche une moyenne d’âge des téléspectateurs de 63 ans et elle est en perte de vitesse.

Cependant, même avec une moyenne de seulement 344 000 téléspectateurs, France 2 reste leader sur ce créneau.

L’équipe espère donc sauver sa peau.

Sophie Davant a même assuré qu’elle allait « se battre ».

Mais, un argument de poids lui fait face : « C’est au programme » coûte cher.

Beaucoup plus cher qu’une rediffusion du feuilleton quotidien, « Un si grand soleil ».

Or, c’est l’un des projets de la direction.

Dans cette hypothèse, l’animatrice pourrait hériter d’une nouvelle émission, en direct, à 9 heures, dans la foulée de « Télématin ».

Du côté de France 3, l’avenir d’un autre magazine phare est en suspens.

« Thalassa », actuellement diffusé le lundi soir, pourrait débarquer le dimanche après-midi, toujours sur France 3.

Et ce pourrait être sans Fanny Agostini, ni personne d’autre.

Ce serait plutôt une version documentaire de 52 minutes.

La direction envisage également de rebattre les cartes des jeux.

Sept sont diffusés, en semaine, sur France 2 et France 3.

« Il y en a un de trop » assure un cadre.

D’autant plus qu’il faut faire de la place à un nouveau jeu régional sur France 3.

Sur les quatre pilotes tournés, un quiz itinérant tient la corde.

Dans cette période de flou, France 5 n’est pas en reste.

La direction, qui cherche des économies à tous les étages, a réfléchi à un nouveau magazine culturel, le samedi soir, pour Claire Chazal.

Dans ce cas, « C à vous » bénéficierait d’une version allongée.

En ce début avril, seule certitude : « Stade 2 » va passer sur France 3.

Ce sera le dimanche entre 20 heures et 21 heures.

Une option vue d’un bon œil par l’équipe du magazine de sport.

« Après une programmation chaotique, on va bénéficier d’une meilleure exposition et de davantage de résultats sportifs : de la ligue 1 au Top 14 en passant par la F1″ commente un journaliste.

En ce qui concerne « Soir 3 », après 40 ans de service sur la Trois, le journal a de fortes chances de migrer sur franceinfo:, dès fin août.

« Le service public français de l’audiovisuel serait le seul en Europe à ne plus avoir de journal du soir » déplore Véronique Marchand, déléguée syndicale CGT.

« Je me demande si la direction ne cherche pas à faire table rase de ce qui a fait, avant elle, la valeur de l’audiovisuel public ».

La pétition de protestation contre ce changement a recueilli 4 500 signatures.

Et les équipes du « Soir 3» font campagne auprès des ministres et des députés.

D’autres sont confortés ou en attente.

Faustine Bollaert est sûre de rempiler avec « Ça commence aujourd’hui ».

Daphné Bürki attend d’en savoir plus, à l’issue de prochaines réunions.

Idem pour Michel Drucker, qui devrait être fixé sur son sort d’ici la mi-avril.

Sur France 3, les équipes de « Faut pas rêver » sont confiantes.

Le programme de découverte devrait retrouver sa case du lundi soir à la rentrée.

La chaîne accueillera aussi la nouvelle mouture de « Un jour, un destin », transfuge de France 2.

22 mars 2019

22 mars > HAUTE-GARONNE : Quand l’homophobie s’invite au musée…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 33 min

toulouse

Un visiteur du musée Saint-Raymond, à Toulouse, n’a visiblement pas apprécié la nouvelle exposition.

« Age of Classics » met en avant l’Antiquité dans la culture pop.

Au programme, on trouve Jeff Koons, « Wonder Woman » ou encore le casque de Russel Crowe dans « Gladiator ».

Une ambiance « new-age » de l’Antiquité qui a fortement déplu à un certain « Christian ».

Et il ne s’est pas privé de le faire savoir sur le livre d’or du musée.

Pour ce visiteur, il y a d’un côté les Romains et de l’autre « le lobby LGBT, la décadence et la déchéance de notre société ».

Un message que la directrice du musée, Laure Barthet, a publié sur son compte Twitter en indiquant qu’elle était « atterrée » par de tels propos.

De toute évidence, une visiteuse a eu la même réaction.

Elle a donc pris sa plume pour dénoncer « l’horreur de ce genre de commentaires aux relents homophobes ».

« Homophobie, partout, tout le temps. Jusque sur le livre d’or de l’expo temporaire du Musée Saint-Raymond à Toulouse. Tu sais ce qu’il te dit, le lobby LGBT ? » a réagi Ben Olivier, coordinateur du Sidaction à Toulouse.

Sur les réseaux sociaux, les internautes n’ont pas manqué de tacler le visiteur et sa vision de la « décadence ».

12 mars 2019

Étrange > Insolite > Drôle.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 9 h 57 min

rainer-schimpf

Direction : l’Afrique du sud.

La Bible raconte que le prophète, Jonas, a passé trois jours dans le ventre d’une baleine.

Rainer Schimpf a connu la même expérience le temps de quelques secondes.

« J’avais commencé à filmer des dauphins, des requins, des fous de Bassan, des pingouins et des cormorans, qui se nourrissaient de sardines, lorsque, venant des profondeurs, un rorqual de Bryde a subitement surgi, gobant tout sur son passage » raconte ce défenseur de l’environnement.

« J’ai senti une pression autour de ma taille. J’ai su immédiatement ce qui était en train de se passer. Ça n’a été l’affaire que de quelques secondes avant que le rorqual réalise son erreur et ouvre la gueule pour me recracher ».

L’épouse du plongeur et un photographe ont assisté à la scène avec effroi.

Sur les images, seules les deux jambes de Rainer Schimpf émergent de la gueule du prédateur.

Les rorquals de Bryde peuvent atteindre 15 mètres de long et se nourrissent de petits poissons et crustacés.

À peine remis de ses émotions, le plongeur n’a pas hésité longtemps avant de se rejeter à l’eau.

« On a vérifié que le matériel était OK, que je n’avais ni os brisé ou côte fêlée. Tout était en place. Dopé à l’adrénaline, je ne voulais pas rater cette séance d’appât, je suis retourné à l’eau, à la recherche de requins ».

Rainer Schimpf est loin d’être un débutant.

Avec vingt ans d’expérience dans le métier, il a parfaitement conscience des risques qu’il court.

« Les prédateurs, comme les baleines ou les requins, foncent sur leurs proies et, souvent, notre visibilité est extrêmement réduite. Ceci dit, notre détermination à garantir à l’environnement les plus grandes attention et protection reste sans faille. Et si je devais renaître, j’aimerais que ce soit sous la forme d’une baleine ».

En attendant son éventuelle réincarnation, son aventure a fait de Rainer Schimpf une vedette sur les réseaux sociaux. 

1 mars 2019

Juste une petite semaine !

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 14 h 38 min

ZZZZZZ rendezvouslogo

ICI

Le 11 mars 2019

Rafa

7 février 2019

7 fév > ZIMBABWE : Condamné pour avoir prétendu soigner le Sida…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 31 min

aguma-magaya

En novembre 2018, Walter Magaya avait été arrêté par la police, après la saisie d’une drogue à base de plantes.

Selon lui, cette « préparation » pouvait soigner les personnes atteintes du Sida.

Un mois plus tôt, il avait déclaré que sa drogue, nommée « Aguma », avait le pouvoir magique de détruire le virus du Sida en 14 jours.

Âgé de 35 ans, Walter Magaya fait partie d’un groupe de prédicateurs pentecôtistes, qui ont émergé pendant la crise économique au Zimbabwe.

Il attire un grand nombre d’adeptes avec des promesses de guérison miracle et d’argent miraculeux.

Lors du procés de Walter Magaya et ses complices, les juges n’on tpas manqué de rappeler que tous les produits incriminés avaient été détruits avant les perquisitions de la police.

Certains plants ont été retrouvés à moitié brûlés.

L’avocat de Walter Magaya a déclaré à la cour que son client « a reconnu avoir enfreint la loi en distribuant cette drogue sans l’autorisation du ministère de la Santé ».

Au final, le tribunal a condamné Walter Magaya a une amende de 700 000 dollars.

Le Zimbabwe a le sixième taux de prévalence le plus élevé en Afrique subsaharienne.

En 2016, 1,3 million de personnes était atteint du Sida.

12345...410

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769