22 octobre 2021

22|10 ~ POLITIQUE ~ « Le mariage homosexuel était une erreur ».

Classé dans : POLITIQUE — fierementgay @ 12 h 19 min

22|10 ~ POLITIQUE ~ « Chèques cadeaux », « Chèque en bois », « Trop peu, trop tard »…

Classé dans : POLITIQUE — fierementgay @ 10 h 18 min

politique

Sa prise de parole était attendue.

Jean Castex a annoncé le versement d’une indemnité pour la fin de l’année.

Elle concernera 38 millions de Français.

Cette aide sera accordée à chaque personne qui gagne moins de 2 000 euros nets par mois.

Du côté de la majorité, on applaudit.

Christophe Castaner, patron des députés LREM, salue « une mesure rapide et efficace pour préserver le pouvoir d’achat des Français ».

À droite, c’est bien différent.

Damien Abad, patron des députés LR, a raillé des « chèques cadeaux gouvernementaux ».

« Acheter la paix sociale avec des chèques cadeaux, c’est bien. S’attaquer aux causes de la hausse des prix du carburant, gaz, électricité, alimentation, c’est mieux. Gouverner ce n’est pas faire des chèques à crédit, c’est apporter des solutions durables » a-t-il déclaré.

« La politique du chéquier grand ouvert du gouvernement, le temps d’une parenthèse électorale, ne règlera rien » a critiqué Éric Ciotti.

« Pour les Français impactés par la hausse des prix du carburant, je propose la seule mesure durable et juste : la suppression de la TVA sur les taxes sur les carburants ».

Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, estime que « le chèque inflation ne règle rien. C’est un nouveau chèque en bois financé par la dette. Avec le bouclier énergie, c’est 10 milliards d’Euros ».

Marine Le Pen a réclamé, une nouvelle fois, « la baisse de la TVA de 20 à 5,5% ».

« Une mesure pour le pouvoir d’achat, mais aussi de justice sociale. Il s’agit de la solution la plus rapide, la plus efficace et la plus juste pour rendre leur argent aux Français » selon la présidente du rassemblement national.

« Trop peu, trop tard, dans la plus grande des improvisations » estime Julien Bayou.

Le secrétaire général d’EELV déplore l’absence de solution de moyen terme pour limiter la dépendance à la voiture.

« Urgence d’investir enfin dans les transports en commun et la rénovation thermique pour limiter les factures d’essence et d’énergie » selon lui.

« Bloquez les prix ou partez, si vous ne savez pas quoi faire ! » exhorte Jean-Luc Mélenchon, chef de la France insoumise.

« Des milliards pour les riches, des miettes pour le peuple ! » fustige Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale.

« Incapable d’assumer ses responsabilités, Castex refuse de bloquer les prix des carburants et d’augmenter les salaires. Il faut une loi d’état d’urgence sociale dans le pays et vite ! » ajoute t-elle.

Fabien Roussel, candidat communiste à la présidentielle, évoque « une mesure qui soulagera un peu les Français, mais le compte n’y est pas ».

« Des trous dans la raquette, du court terme et pas touche aux profits des compagnies pétrolières. Les Français veulent une baisse durable des prix, la hausse des salaires et des retraites » conclut-il.

22|10 ~ POLITIQUE ~ Popularité en baisse, inquiétude des Français en hausse…

Classé dans : POLITIQUE — fierementgay @ 9 h 35 min

politique

La cote de popularité d’Emmanuel Macron se dégrade sur fond de grogne autour du pouvoir d’achat.

Après avoir fortement progressé le mois dernier, la popularité du président de la République connaît une baisse.

42% d’opinions positives, soit 4 points de moins en un moins, selon le dernier sondage BVA.

Chiffre retrouvant le niveau qui était le sien depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020.

Les personnes interrogées reprochent principalement à Emmanuel Macron d’avoir « paupérisé les classes moyennes ».

Elles ont le sentiment que leur pouvoir d’achat s’est fortement dégradé.

C’est au sein des catégories socio-professionnelles dites moyennes ou inférieures que l’image du président se dégrade le plus.

Tout comme le mois dernier, Jean Castex suit exactement la même tendance.

Sa cote de popularité se détériore de 6 points pour s’établire à 39%.

Dans cette enquête, 74% des Français déclarent avoir le sentiment que leur pouvoir d’achat a diminué par rapport à ces dernières années.

43% estiment qu’il a « beaucoup diminué ».

Ce sentiment est partagé par toutes les catégories de la population, y compris les plus favorisées.

Dans ce contexte, on imagine aisément que le sujet va s’imposer comme une des thématiques principales de ce début de campagne électorale.

En ce qui concerne l’élection de 2022, 27% des Français souhaitent qu’Éric Zemmour soit candidat.

58% des sympathisants du Rassemblement National le plébiscitent.

36% des sympathisants des Républicains se prononcent en faveur de sa candidature.

Comme le mois dernier, 21% des Français aimeraient que le polémiste ait plus d’influence à l’avenir dans la vie politique.

Auprès des sympathisants RN, il se place désormais devant Jordan Bardella.

Toutefois, 73% des Français ne souhaitent pas qu’Éric Zemmour soit candidat.

54% s’y opposent farouchement.

L’enquête a été réalisée les 20 et 21 octobre 2021.

22|10 ~ POLITIQUE ~ Le Sénat valide l’adoption pour les couples non mariés…

Classé dans : POLITIQUE — fierementgay @ 9 h 17 min

politique

Cette semaine, le Sénat a largement adopté une proposition de loi visant « à faciliter et sécuriser l’adoption ».

La mesure phare est l’ouverture de l’adoption aux couples non mariés.

Voté en première lecture par l’Assemblée nationale en novembre 2020, le texte a été jugé « décevant » par Muriel Jourda, rapporteure LR du Sénat.

« Si l’intention est louable, la vraie solution est ailleurs ».

En 2019, seulement 706 pupilles de l’État ont été adoptées.

S’ajoutent 421 enfants adoptés à l’étranger.

« Des chiffres à mettre en regard avec le nombre très élevé d’agréments » souligne Muriel Jourda.

Pour Adrien taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, « les mesures du texte permettent d’ancrer fermement et définitivement l’adoption dans la protection de l’enfance ».

La gauche a salué l’ouverture de l’adoption plénière aux couples pacsés et concubins.

Muriel Jourda, hostile à cette extension, a fait valoir que « le mariage apporte une sécurité juridique pour l’enfant. En particulier, en cas de séparation ».

Les sénateurs ont maintenu les conditions en vigueur pour l’âge minimum des adoptants (28 ans) et la durée minimale de vie commune (2 ans).

Par ailleurs, ils ont procédé à un sérieux toilettage d’autres dispositions du texte, que le gouvernement a tenté, sans succès, de rétablir.

C’est le cas d’une mesure transitoire concernant les couples de femmes.

Le gouvernement avait proposé d’interdire à une femme, ayant pratiqué une Procréation Médicalement Assistée, de s’opposer à ce que sa compagne adopte l’enfant.

Il s’était engagé sur cette mesure lors de la discussion de la loi Bioéthique.

Les sénateurs se sont également opposés à la mesure visant à limiter l’activité des « Organismes autorisés pour l’Adoption » aux adoptions internationales ou encore au changement de composition des conseils de famille.

Désormais, députés et sénateurs vont tenter de s’accorder sur une version commune.

Faute de quoi l’Assemblée nationale aura le dernier mot.

21 octobre 2021

21|10 ~ POLITIQUE ~ « Il n’y a pas d’alternative sérieuse ».

Classé dans : POLITIQUE — fierementgay @ 9 h 07 min

politique

La gauche aurait-elle jeté l’éponge avant même d’entrer dans l’arène ? 

Alors que l’élection présidentielle est dans six mois, « la gauche fait comme si elle avait déjà perdu ces élections » estime François Hollande.

« Certains disent : on va enjamber la présidentielle et nous allons préparer les législatives. Mais, il n’est pas possible de gagner aux législatives, quand on a été morcelé à la présidentielle » a t-il déclaré sur France Inter.

Selon lui, « si Emmanuel Macron se trouve en haut des intentions de vote, c’est simplement parce qu’il n’y a pas d’alternative sérieuse ».

D’après l’ancien président, « il est pourtant possible d’avoir une majorité électorale pour la gauche. Ceux qui sont difficiles à concilier, hélas, ce sont les appareils partisans et un certain nombre de personnalités qui ne veulent pas l’unité ».

Dans la foulée de « Affronter », son livre paru hier, François Hollande a vivement critiqué Jean-Luc Mélenchon.

« Oui, c’est un fardeau pour la gauche. Par ses positions, par sa personnalité, il interdit un programme et un gouvernement communs ».

Pour que la gauche puisse arriver au pouvoir, François Hollande considère qu’il faut « une personnalité, une candidature, que j’estime devoir être social-démocrate, pour être la force principale autour de laquelle l’union se fait au second tour. Il n’y a pas de début de campagne d’Anne Hidalgo. C’est dans les semaines qui viennent qu’il y aura l’affirmation d’un projet ».

Interrogé sur son rôle dans l’état de la gauche, François Hollande prend sa part.

« La gauche, je l’ai laissée il y a cinq ans. Je veux bien croire à ma responsabilité, mais depuis cinq ans, est-ce que la gauche a travaillé, a bâti un programme ? ».

Les commentaires de l’ancien président, qui évoque des « candidatures lilliputiennes à gauche » et définit Emmanuel Macron comme « un voyageur sans boussole », ont suscité de vives réactions.

« Au secours ! Le zombie Hollande est de retour. Plus méchant que jamais, il mord tout ce qui bouge. Changez de trottoir quand il passe » a réagi Jean-Luc Mélenchon.

« Chez François Hollande, l’amertume est plus forte que tout. Il démolit son camp, étrille ses adversaires, étale sa rancœur, mais jamais ne se place à la hauteur de ce que devrait être celle d’un ancien Président. Il est devenu le commentateur aigri de la vie politique du pays » fustige Pieyre-Alexandre Anglade, député LREM.

12345...76

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769