21 octobre 2021

21|10 ~ SANTÉ ~ Alerte sur un risque de pénurie de sperme et ovocytes…

Classé dans : SANTÉ — fierementgay @ 11 h 06 min

santé

« Merci de leur donner la possibilité de devenir parents ! ».

Tel est le slogan de la campagne, lancée par les autorités sanitaires, en faveur du don de sperme et d’ovocytes.

Elles veulent alerter sur le risque de manque après l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée aux couples de lesbiennes et aux femmes seules.

« Cette campagne a pour but d’augmenter le nombre de dons annuels, afin de répondre aux besoins des receveurs dans toute leur diversité » explique le communiqué de l’Agence de la biomédecine, structure qui encadre le don de gamètes et la PMA.

La campagne, déclinée en spots et en visuels, met en avant la gratitude des receveurs envers les donneurs ».

Outre insister sur le fait que « un don permet de réaliser le rêve d’une vie, devenir parent », elle s’articule autour du mot « merci ».

La PMA est ouverte aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires depuis la promulgation de la loi de Bioéthique en août dernier.

Jusque-là, elle était réservée aux seuls couples hétérosexuels avec des problèmes de fertilité ou souhaitant éviter de transmettre une maladie grave.

Cet élargissement pose la question des dons de gamètes, qui risquent de ne plus suffire à combler la demande, alors que les délais sont déjà longs.

Selon l’Agence de la Biomédecine, 317 hommes ont donné leur sperme en 2019, soit 18% de moins qu’en 2018.

836 femmes ont fait un don d’ovocytes la même année, soit 7,5% de plus qu’en 2018.

Toujours en 2019, 987 enfants sont nés, en France, après une PMA avec don de sperme.

409 sont nés après une PMA avec don d’ovocytes.

Par ailleurs, la loi de Bioéthique a introduit d’autres changements en lien avec l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée.

À partir du 1er septembre 2022, un donneur ou une donneuse de gamètes devra obligatoirement accepter que son identité puisse être révélée à l’enfant né de ce don, si ce dernier le souhaite à sa majorité.

Pour les dons qui ont eu lieu avant cette date, les autorités contacteront le donneur et lui demanderont s’il accepte que son identité soit révélée à l’enfant qui en fait la demande.

21|10 ~ SANTÉ ~ Malgré la fronde, le pass sanitaire est prolongé…

Classé dans : SANTÉ — fierementgay @ 8 h 19 min

santé

Bruits et fureur dans l’hémicycle.

Cette nuit, le troisième projet de loi « vigilance sanitaire », abordant la question du pass sanitaire a été adopté.

À l’issue de débats électriques, l’Assemblée nationale a donc donné un premier feu vert à la possibilité controversée de recourir au pass sanitaire​ jusqu’au 31 juillet 2022.

Le texte atterrira au Sénat dès jeudi prochain.

Coincé entre l’examen du budget de l’État et celui de la Sécurité sociale, le projet de loi a été adopté par seulement dix voix d’écart, au bout de deux jours de débats régulièrement marqués par des passes d’armes et invectives dans l’hémicycle

Situation en Outremer, mesures d’âge sur le pass sanitaire, fin de la gratuité des tests, état d’urgence jugé liberticide, suspension de soignants, changement de pied de la majorité sur le périmètre d’application du pass avant et après le 12 juillet, etc…

Droite et gauche ont donné de la voix contre la gestion gouvernementale de la crise.

Présenté comme une « boîte à outils », le projet de loi propose de prolonger le recours au pass sanitaire et toute une batterie de mesures pour freiner l’épidémie jusqu’au 31 juillet 2022. 

Alors que planait l’incertitude sur une hypothétique levée du pass à la mi-novembre, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a douché les enthousiasmes à l’issue du Conseil des ministres.

« Aujourd’hui, vu la situation, je ne vois pas comment une adaptation pourrait intervenir au 15 novembre » a-t-il déclaré.

Ce qui est sûr, c’est que la prolongation du pass sanitaire pour huit mois, donc en « enjambant » la présidentielle et les législatives, fait hurler gauche et droite.

L’Assemblée a également adopté un amendement du gouvernement, qui concerne la connaissance du statut vaccinal des élèves par les directeurs d’école ou les chefs d’établissement du second degré.

« La mesure vise à faciliter l’organisation de campagnes de dépistage et de vaccination et organiser des conditions d’enseignement permettant de prévenir les risques de propagation du virus ».

19 octobre 2021

19|10 ~ LOIRE ~ Plus que jamais engagée contre le Sida…

Classé dans : SANTÉ,SOCIÉTÉ — fierementgay @ 9 h 15 min

loire

C’est une belle et symbolique confirmation pour Saint-Étienne.

Hier, la Ville s’est, à nouveau, vu remettre le label, « Ville engagée contre le Sida ».

Ce label avait été obtenu une première fois en février 2019.

Ce renouvellement souligne et récompense les différentes actions entreprises dans la lutte contre le Sida par la ville de Saint-Étiennes ces dernières années.

Parmi celles-ci figurent, par exemple, la publication d’un « Guide des structures de dépistage, de prescription et d’informations sur la santé sexuelle ».

En outre, un chèque a été remis à Sidaction en avril 2019.

La mairie a également procédé à la mise en place d’illuminations et d’un ruban rouge sur la façade de l’hôtel de ville, à l’occasion du Sidaction 2021.

Enfin, une exposition itinérante sur la vie de séropositifs a été accrochée dans différents lieux de la ville en 2019.

Ce renouvellement du label s’est déroulé à l’Hôtel-de-Ville de Saint-Étienne dans le cadre d’une cérémonie de présentation officielle du « Guide Action-Prévention-Information 2021-2022 » réalisé par l’association, « Élus locaux contre le Sida ».

18 octobre 2021

18|10 ~ GABON ~ Vers une meilleure prise en charge des LGBT atteints du Sida…

Classé dans : MONDE,SANTÉ — fierementgay @ 8 h 43 min

gabon

Le Gabon et Onusida travaillent sur un projet visant à mieux prendre en charge certains malades du Sida.

Ce projet cible les personnes défavorisées et la communauté LGBT.

En vue d’éradiquer les inégalités dans la prise en charge des personnes atteintes du Sida, le Gabon veut encourager l’action collective pour répondre aux pandémies par le biais d’un engagement communautaire renforcé.

Notamment, avec le déploiement d’agents de santé.

Ainsi, Onusida, en collaboration avec d’autres parties prenantes, a choisi d’impliquer les acteurs communautaires pour soutenir les populations les plus vulnérables.

Le projet couvrira quatre régions du Gabon, Libreville, Lambaréné, Port-Gentil et Franceville, qui ont la plus forte prévalence du VIH.

« Le partenariat avec les centres africains de contrôle et de prévention des maladies et le soutien de l’Onusida donnent une lueur d’espoir aux communautés du Gabon, qui sont souvent laissées à elles-mêmes. Il va montrer, qu’avec même un petit soutien, les communautés peuvent innover et faire la différence » a expliqué Françoise Ndayishimiye, directrice Onusida au Gabon.

« L’implication des communautés devrait toujours être au cœur de la réponse aux pandémies. Nous espérons que ce soutien pourra être maintenu dans le temps, car les besoins sont encore énormes ».

Afin d’améliorer la coordination, garantir une mise en œuvre réussie et minimiser les risques, toutes les parties prenantes ont été impliquées dès la phase de conception du projet.

Au sein du gouvernement, le ministère de la Santé s’est impliqué en désignant des représentants pour suivre le processus de développement et lancer le projet.

Le déploiement de soixante-dix personnes, afin d’accélérer la riposte contre le VIH, est déjà prévu.

15 octobre 2021

15|10 ~ SANTÉ ~ Troisième dose imposée ? Prolongation du pass sanitaire ?

Classé dans : SANTÉ — fierementgay @ 11 h 00 min

santé

Les personnes, éligibles à une troisième dose de vaccin contre le covid-19, qui refuseraient de s’y soumettre, perdront-elles leur pass sanitaire ?

« C’est une éventualité à laquelle pense le gouvernement » selon Élisabeth Borne, ministre du Travail.

« C’est quelque chose qu’on regarde, mais ce n’est pas décidé aujourd’hui ».

Pour l’heure, le rappel vaccinal concerne les personnes immunodéprimées, de plus de 65 ans, résidant en Ehpad, à risques ou vaccinées avec le vaccin commercialisé par Johnson & Johnson.

« On sait que l’immunité baisse fortement au bout de six mois, donc il faut absolument faire cette troisième dose » explique Élisabeth Borne.

« Quand on a reçu sa deuxième dose, il y a plus de six mois, on le voit dans d’autres pays, l’immunité baisse. L’objectif est évidemment de rester protéger avec ce vaccin, dont on bénéficie heureusement aujourd’hui. Quand vous êtes une personne âgée vulnérable, vaccinée depuis plus de six mois, c’est vraiment très important ».

Ces déclarations interviennent au lendemain du Conseil des ministres, lors duquel l’extension de la loi spéciale, dite de « gestion de l’épidémie », qui autorise le recours au pass sanitaire ainsi que des restrictions locales de déplacement, a été présentée. 

Avec cette mesure, l’objectif du gouvernement est d’inciter les 26,5% des Français, qui n’ont pas encore eu leurs deux doses, à se faire vacciner.

Face à la polémique qui monte sur ces annonces, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a tenté d’apaiser les esprits en expliquant « qu’il y aura un débat au Parlement sur la base du texte voté en Conseil des ministres ». 

« Il ne s’agit pas de dire qu’on prolonge le pass sanitaire jusqu’au 31 juillet, mais de dire que le gouvernement se donne la possibilité de l’utiliser. Le pass sanitaire ne sera pas éternel ».

Élisabeth Borne, aussi, a tenté de reprendre la main sur ses propos;

« On n’a pas dit qu’on allait prolonger le pass sanitaire jusqu’au mois de juillet 2022. On se donne la possibilité, si on en a besoin, de pouvoir le remettre en place. Si la situation sanitaire reste favorable, on allégera le pass sanitaire ».

12345...94

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769