11 juin 2021

11|06 ~ FOOTBALL ~ Bientôt, le coup d’envoi d’un mois de ballon rond !

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 12 h 03 min

football

Suivez-bien : c’est un Euro de football 2020, qui n’a pu se tenir en 2020, qui se tient en 2021, mais qui s’appelle toujours Euro 2020 !

Ça, c’est dit !

Et le coup d’envoi de cet Euro 2020, c’est ce soir !

Avec des supporters de retour dans les stades, la compétition s’ouvre, ce soir, à Rome.

Le premier match oppose la Turquie à l’Italie.

La finale est programmée le dimanche 11 juillet au stade Wembley de Londres, au Royaume-Uni.

Les matchs de cette compétition sont accueillis dans onze villes européennes.

Bakou (Azerbaïdjan), Rome (Italie), Saint-Pétersbourg (Russie), Copenhague (Danemark), Amsterdam (Pays-Bas), Bucarest (Roumanie), Londres (Angleterre), Glasgow (Écosse), Séville (Espagne), Munich (Allemagne) et Budapest (Hongrie).

Toutes ces villes promettent des stades remplis entre 25% et 100% de leur capacité d’accueil.

Les règles sanitaires n’était pas les mêmes partout, les précautions varieront d’un pays à l’autre.

« Chaque site, chaque ville et chaque pays auront leur formule pour limiter les risques sanitaires » explique Daniel Koch, conseiller sanitaire de l’UEFA.

Ce soir, à Rome, environ 15 000 spectateurs sont attendus pour la rencontre inaugurale.

Dans la capitale italienne, deux écrans géants ont pris place, ainsi que d’autres installations destinées aux fans.

Sur le terrain, la Nazionale espère répondre aux attentes de tout un pays.

Déjà, de nombreux Italiens se voient vainqueurs de la compétition.

Les joueurs aussi.

« Cela fait un an qu’on attend de commencer cette aventure. On doit se battre pour ramener l’Italie où elle mérite d’être » lance Leonardo Bonucci, défenseur.

Pour leur première compétition internationale depuis cinq ans, les Italiens totalisent 27 matches sans défaite.

Mais, sans avoir affronté de vrais cadors.

Et, pour commencer, la Turquie sera d’un autre niveau. 

Comme dans tous ces grands rassemblements, les polémiques ont déjà commencé.

La première oppose la Russie à l’Ukraine.

Après les protestations de Moscou, l’UEFA a imposé la modification du maillot ukrainien.

La raison : un slogan, « Gloire à nos héros », présent à l’intérieur du col et jugé trop politique.

Kiev a répondu qu’elle « négociait » avec l’UEFA pour garder inchangé le maillot. 

Côté français, il faudra attendre le mardi 15 juin pour voir les joueurs évoluer.

Ce sera déjà un gros morceau : l’Allemagne, à Munich. 

10 juin 2021

10|06 ~ LIRE ~ « Le foot est une industrie. On a plus la poésie d’antan ».

Classé dans : CULTURE,SPORTS — fierementgay @ 14 h 27 min

lire

Passionné de football, Olivier Guez est aussi un grand nostalgique.

L’écrivain et journaliste publie un nouveau livre intitulé, « Une passion absurde et dévorante ».

Cette passion étant celle du football.

Olivier Guez raconte, notamment, ses souvenirs et sa passion pour la star, Diego Maradona. 

Selon lui, avec la disparition récente de l’Argentin, « une certaine idée du foot est décédée ».

Car, s’il vibre toujours pour le ballon rond, il regrette son uniformisation.

« La mort de Diego Maradona a symbolisé la disparition d’une idée, d’un foot canaille, un peu plus rebelle, poétique avec ses héros et ses bad boys. De nos jours, alors que le football est devenu un sport mondialisé, il génère tellement d’argent qu’on ne plaisante plus avec. Les stars sont tellement encadrées qu’il y a beaucoup moins de légende et de romantisme » explique l’écrivain. 

Olivier Guez regrette tout de même « l’ancien monde ».

« Bien sûr, le foot vit toujours. D’ailleurs, on n’a jamais aussi bien joué au foot qu’aujourd’hui? On trouve des athlètes incroyables, pris en charge depuis leur plus jeune âge, des schémas tactiques intéressants. Mais, c’est un autre football. Les joueurs sont incomparables à ceux de notre jeunesse. Un footballeur des années 80 ressemblait à notre voisin en un peu plus sportif, en terme de look, de salaire ».

Il évoque « une plus grande normalité, qui facilitait l’identification avec ses idoles ».

Dans « Une passion absurde et dévorante », il explique aussi que le football moderne, c’est l’explosion spectaculaire des montants déboursés par les clubs, lors des transferts de joueurs.

Et Olivier Guez de s’amuser à comparer le prix du premier transfert de Zinedine Zidane de Cannes à Bordeaux, en 1992, à celui de Kylian Mbappé de Monaco à Paris, en 2017.

« 360 fois plus élevé. Cela dit tout de l’évolution du football mondialisé. Le foot est une gigantesque industrie, qui brasse énormément d’argent. Il est devenu un enjeu économique, financier, politique, médiatique, géopolitique. On a plus la poésie d’antan ».

Ce qui agace le plus Olivier Guez est sans doute le côté « fade » des grands acteurs du ballon rond. 

« Plus rien ne dépasse chez les joueurs ! Lionel Messi, sextuple Ballon d’Or, est un génie, mais regardez sa communication, ses réseaux sociaux. C’est d’une banalité et d’un ennui. On ne discerne plus l’homme derrière le joueur. Pendant longtemps, derrière les grandes stars, on avait accès à l’homme, on voyait ses failles, on pouvait connaître ses goûts, ses prises de position ».

Et Olivier Guez de conclure sur les « footballeurs cyborgs ».

« On sait ce qu’ils font sur le terrain, mais derrière, qu’est ce qu’il y a ? Soit le vide absolu, soit un mystère complet ». 

10|06 ~ TENNIS ~ Quand le public refuse de partir…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 10 h 13 min

tennis

Hier soir, à Roland-Garros, la « night-session » s’est jouée devant du public.

Pour faire en sorte que ce dernier puisse profiter au maximum du match entre Matteo Berrettini et Novak Djokovic, l’horaire avait été avancé à 20 heures.

Les deux joueurs ont pu se produire devant du public.

Saut que…

Alors que dans les tribunes, tout le monde se disait certainement qu’il serait possible d’assister à l’ensemble de cette rencontre, il n’en a rien été.

Le match ayant été plus accroché que prévu, l’horloge indiquait 22 heures 30 et la confrontation durait.

Une première annonce a été effectuée pour demander au public de quitter le court Philippe-Chatrier, couvre-feu à 23 heures oblige.

Une annonce vivement huée par les spectateurs.

Si certains sont alors partis, de nombreuses personnes se sont accrochées à leurs sièges.

À 22 heures 45, durant la quatrième et dernière manche, une nouvelle annonce est effectuée.

Là encore, elle a été huée.

Devant la résistance, le superviseur du tournoi est entré sur le court, afin de demander aux deux joueurs de partir.

La rencontre étant alors interrompue, cela a fini par convaincre les derniers spectateurs à partir.

Certains ont tout de même attendus d’être évacués par les agents de sécurité.

Ils sont finalement partis au son de « Remboursez ! », « Forget démission  ! » ou encore « Merci Amazon ! ».

En effet, ces matchs en nocturne ont été organisés pour être diffusés par l’enseigne américaine.

8 juin 2021

08|06 ~ FOOTBALL ~ Quand le virus fait planer son ombre sur l’Euro…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 11 h 22 min

football

Va-t-on davantage parler tests PCR que buts pendant l’Euro de football, qui débute vendredi ? 

En tout cas, le Covid-19 est déjà bien présent au sein des équipes.

La semaine dernière, le sélectionneur des Pays-Bas a décidé d’écarter Jasper Cillessen, gardien titulaire, testé positif au coronavirus.

Décision qui a irrité l’intéressé.

« Il est possible de remplacer un gardien avant chaque match de l’Euro, si celui-ci est en cas d’incapacité physique. Il restait encore beaucoup de temps » a déclaré le joueur. 

Autre pays touché : l’Espagne.

Sergio Busquets est le premier concerné. 

Et toute l’équipe « trinque » !

Le contrôle positif du milieu du Barça a déclenché une avalanche d’actions.

Quarantaine de dix jours pour Sergio Busquets, isolement préventif des contacts proches du joueur au sein de la sélection, entraînement individuel, rappel d’autres joueurs en cas de besoin.

Le premier match de l’Espagne est prévu le 14 juin, contre la Suède. 

Effet boule de neige : hier, le Portugal a été placé en quarantaine préventive.

Vendredi soir, l’équipe jouait contre l’Espagne en match amical.

Hier soir, les fédérations espagnoles et portugaises assuraient que tous les tests effectués après le cas Busquets s’étaient révélés négatifs. 

Heureusement pour les sélectionneurs, l’UEFA a autorisé « un nombre illimité de remplacements en cas de blessure ou de maladie grave, avant le premier match de l’Euro, sous réserve de la présentation d’un certificat médical ».

Le Covid en fait partie. 

L’instance européenne s’appuie sur le concept de « bulle » pour tenter de limiter la casse.

« Durant l’Euro, les délégations doivent éviter tout contact avec toute personne en dehors de la bulle, afin de minimiser le plus possible le risque de contagion » indique l’UEFA.

Ceci s’applique aux camps de base, aux hôtels, aux centres d’entraînement, aux stades, mais aussi durant les transferts d’un lieu à un autre ». 

Même si tout va bien, pour le moment, du côté des Bleus, on rigole moyen.

« On s’adapte. On n’a pas le choix » lance Léo Dubois.

« Ça va faire un an et demi que le monde s’est adapté au Covid, on va en faire autant. On va respecter les consignes de l’UEFA. Au final, on sait pourquoi on est là. On sait ce qu’il y a à aller chercher. On va dire que le jeu en vaut la chandelle ». 

Même si les semaines qui s’annoncent peuvent être sources de tension au moins autant que de plaisir parmi les 24 sélections cloîtrées. 

« Entre le premier jour de rassemblement et le dernier, que j’espère le plus tard possible, il peut s’écouler plus d’un mois et demi » explique Guy Stéphan, adjoint de Didier Deschamps.

« Pendant ce temps-là, on ne va voir, ni nos épouses, ni nos compagnes, ni nos enfants, ne serait-ce qu’un jour, comme on avait pu le faire à la Coupe du monde 2018. On ne peut pas savoir comment on va le gérer, le vivre au quotidien, puisque ça n’est jamais arrivé dans l’histoire. Aujourd’hui, je vois des sourires, je vois les joueurs faire des efforts, je vois beaucoup de choses positives. Après, il faudra que ça dure dans le temps ».

« Pourvou que ça doure » disait la mère de Napoléon !

Les responsables de l’équipe de France disent un peu la même chose.

Même si personne ne perd de vue que le plus petit cluster peut avoir de sérieuses conséquences.

D’ailleurs, l‘UEFA rappelle que, « si une sélection est partiellement placée en quarantaine ou à l’isolement, le match se jouera comme prévu, à condition que l’équipe dispose d’au moins treize joueurs, dont au moins un gardien ». 

Si c’est impossible, l’UEFA peut le reprogrammer dans les 48 heures.

Si cette reprogrammation est impossible, l’instance sanctionnera l’équipe « malade » par une défaite de 0 à 3.

Autant dire que le stress de la compétition ne sera pas le seul qui sévira dans chaque bulle.

Surtout que la vaccination n’emballe pas les joueurs.

En Belgique, la moitié des joueurs a refusé la piqûre. 

Chez les Bleus, Didier Deschamps assure que tout le staff est vacciné.

L’UEFA rapelle qu’il n’y a « aucune obligation, ni recommandation. Pour les joueurs, cela reste une décision personnelle ».

Au Portugal, la quasi-totalité du groupe a été vaccinée. 

En Espagne, après le cas Busquets, les choses se sont précipitées.

Le gouvernement va autoriser les membres de la sélection à recevoir une injection du vaccin unidose « Janssen », alors qu’il s’y refusait jusqu’à présent.

Cet Euro risque de faire trembler jusqu’au bout.

Et pas seulement avec des buts marqués.

7 juin 2021

07|06 ~ TENNIS ~ Il quitte la compétition…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 9 h 22 min

tennis

Les fans de Roland-Garros s’y attendaient plus ou moins.

Hier, Roger Federer a décidé de déclarer forfait.

« Après avoir discuté avec mon équipe, j’ai décidé que je devais me retirer du tournoi de Roland-Garros, aujourd’hui. Après deux opérations du genou et plus d’un an de rééducation, il est important que j’écoute mon corps et que je n’aille pas trop vite dans le retour à la compétition. Je suis ravi d’avoir gagné trois matchs. Il n’y a pas de meilleur sentiment que d’être de retour sur le terrain » explique le Suisse dans un communiqué.

Vainqueur de Dominik Koepfer, au bout d’une bataille de plus de 3 heures 30, samedi soir, Rger Federer n’avait pas caché qu’il ne voulait pas tirer sur la corde.

Il attendait de voir comment allait réagir son genou. 

« Le tournoi de Roland-Garros est désolé du retrait de Roger Federer, qui a livré un magnifique combat hier soir. Nous étions tous ravis de son retour à Paris, où il a disputé trois matchs de haut niveau. Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de la saison » a déclaré Guy Forget, patron du tournoi qui pouvait difficilement dire autre chose.

Roger Federer quitte donc Paris après un dernier match de nuit sans public. 

À bientôt 40 ans, il n’est pas évident qu’il y revienne un jour. 

12345...39

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769