5 février 2020

05|02 ~ SPORTS ~ Un appel à dénoncer les agresseurs sexuels…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 12 h 20 min

sports

Alors qu’un scandale secoue le monde du patinage français, les sportifs se mobilisent.

Tatiana Golovin, Nathalie Péchalat, Teddy Riner, entre autres, signent une tribune publiée dans « Le Parisien ».

Au total, 54 athlètes expriment leur « soutien » et leur « solidarité avec les victimes ».

« Nous ne pouvons plus nous taire » clament-ils.

Depuis la publication du livre de Sarah Abitbol, le milieu du patinage français est au cœur de l’actualité.

Dans « Un si long silence », elle accuse son ancien entraîneur de l’avoir violée, alors qu’elle était âgée de 15 à 17 ans.

D’autres anciennes patineuses ont émis des accusations contre Gilles Beyer et d’autres entraîneurs.

Après ces révélations, une enquête a été ouverte, par le parquet de Paris, pour « viols et agressions sur mineurs par personne ayant autorité sur la victime ».

« Enfin, une première percée dans le mur du silence » ont déclaré les sportifs, qui composent la CAHN, « Commission des Athlètes de Haut Niveau », au sein du Comité olympique français.

Dans cette tribune, les sportifs appellent  à « donner de la voix à la suite de ces révélations ».

« Les révélations récentes d’agressions sexuelles, subies par plusieurs jeunes sportifs, font trembler le système et réveillent notre colère. Nous exprimons notre soutien et notre solidarité avec les victimes. Nous ne pouvons plus nous taire ! Il est temps d’agir collectivement et de prendre conscience que briser le silence, c’est aussi servir le sport ».

Ces sportifs plaident pour « la création d’une cellule d’écoute des victimes, indépendante des fédérations, ainsi qu’un contrôle systématique des casiers et antécédents judiciaires des bénévoles, entraîneurs et dirigeants de clubs et de fédérations ».

Ils appellent également à mettre en place des « actions de formation, de sensibilisation et de prévention » et réclament des « mesures législatives pour les personnes impliquées dans des affaires de violences sexuelles ».

Ce matin, Saîd Chabanne, président du SCO d’Angers, club de football de Ligue 1, a été placé en garde à vue pour « agressions sexuelles aggravées par personne abusant de sa fonction et harcèlement ».

Décision prise suite à trois plaintes de salariées et ex-salariée.

05|02 ~ RUGBY ~ La Fédération sous le feu des critiques…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 11 h 36 min

ifolau

Marc Palanques le reconnaît volontiers.

Il se serait bien passé d’une telle polémique.

Depuis l’annonce de la signature d’Israel Folau au club des « Dragons Catalans », le téléphone du président de la « Fédération Française de Rugby à XIII » ne cesse de sonner.

Il faut dire que le recrutement de ce joueur, arrivé discrètement dimanche sur le sol français avec sa femme, ne laisse pas insensible. 

Et provoque un certain malaise au sein des équipes de championnat. 

En avril 2019, Israel Folau tient des propos homophobes.

Propos qui provoquent son licenciement par la fédération australienne

Des propos que condamne également Marc Palanques.

« Ce n’est pas l’image que je voudrais voir associée au rugby à XIII. La fédération a été l’une des premières à signer une charte contre l’homophobie dans le sport. On est une fédération très active contre l’homophobie ou le dopage. L’an dernier, le club de Limoux avait voulu recruter José Lima, joueur suspecté de dopage, mais on a refusé de valider la licence. Cette fois, je suis désarmé et je le regrette ».

En effet, la Fédération n’a pas le pouvoir d’intervenir sur un club, qui est une structure privée.

Arrivé dimanche dans les Pyrénées-Orientales, Israel Folau ne s’est exprimé qu’à travers une courte interview.

« On essaie de le protéger au maximum » confie Yannick Rey, directeur de la communication des « Dragons Catalans ».

« On se doutait qu’il y aurait des réactions, une controverse et que certains adversaires en profiteraient pour faire le buzz ».

Le club catalan, où il s’est engagé pour une saison, stipule que, dans le contrat du jiueur, il est dit qu’il ne doit pas exprimer ses opinions religieuses ou politiques.

Sous peine de licenciement.

« On l’a pris pour ses qualités de rugbyman. Pas pour autre chose » insiste Yannick Rey.

« Tout dérapage sera immédiatement sanctionné. On n’est pas d’accord avec ses opinions, mais tout le monde a droit à une seconde chance. Lui aussi, sous certaines conditions. Il y a aussi des gens qui sont contents de le revoir sur un terrain ».

4 février 2020

04|02 ~ PATINAGE ~ « L’incompétence, chacun peut juger. La lâcheté, je la réfute ».

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 12 h 32 min

marie-george_buffet

Mise en cause par Didier Gailhaguet, président de Fédération Française des Sports de Glace, Marie-George Buffet rejette la faute sur le parquet, qui n’a pas donné suite à l’enquête administrative.

Depuis les révélations de Sarah Abitbol, entre autres, le milieu du patinage est dans une tourmente qui ne semble pas près de s’éteindre.

Face à la polémique, Roxana Maracineanu a exigé la démission de Didier Gailhaguet.

Elle lui reproche le maintien de l’entraîneur, Gilles Beyer, accusé de viol par Sarah Abitbol.

Dès lors, Didier Gailhaguet rejette la faute sur l’ancienne ministre des Sports.

« Les premiers responsables sont ceux qui ont laissé commettre ces exactions. Je veux bien sûr citer le ministère et la ministre des Sports de l’époque, qui, de par leur lâcheté, leur incompétence et leurs nombreuses volte-face, ont permis de laisser des personnes sur la glace dans des sports à maturité précoce, donc plus exposés, alors qu’elles auraient dû être soignées et mises hors d’état de nuire » a déclaré le président de la fédération.

« Je parle de la ministre qui était en poste au moment des faits de Gilles Beyer ».

« Sur l’incompétence, chacun peut juger. L’accusation de lâcheté, ça je le réfute » a répliqué Marie-George Buffet.

« Nous avons fait ce que nous pouvions faire à l’époque : nous avons suspendu Monsieur Beyer, dès que nous avons été alertés. Nous avons mené une enquête administrative, puis nous avons transmis le dossier au parquet, qui n’a pas donné suite. Je le regrette » a-t’elle déclaré, ce matin, sur franceinfo.

« Le ministère ne pouvait pas condamner la personne à la place de la justice » a insisté Marie-George Buffet.

Ceci dit, elle reconnaît, qu’à l’époque, elle ne parlait pas du cas de Gilles Beyer avec Didier Gailhaguet, « avec qui les relations étaient déjà difficiles à la suite de différentes affaires concernant la Fédération des Sports de Glace ».

L’ancienne ministre estime que le responsable sportif « devrait présenter sa démission, car il ne pouvait pas ignorer tous ces faits ».

« Donc, non seulement il faut qu’il présente sa démission et également, comme l’y autorise le Code du sport, il faudrait que Madame la ministre, et je sais qu’elle envisage de le faire, retire la délégation à la Fédération pour qu’on puisse faire le grand ménage dans la Fédération. Pour repartir à zéro ».

Dans le cas contraire, Marie-George Buffet craint que Didier Gailhageut reste à la tête de la Fédération, même après cette série de témoignages.

« Il a été réélu depuis des décennies, sauf pendant une période de trois ans. J’envisage même qu’il puisse être réélu. Ce qui pose la question du fonctionnement de certaines fédérations, qui n’ont pas un fonctionnement démocratique suffisant ».

04|02 ~ PATINAGE ~ Un panier de crabes sur la glace ?

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 11 h 15 min

Maracineanu-Gailhaguet

Hier, Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a exigé la démission du président de la Fédération Française des Sports de Glace, Didier Gailhaguet.

Un acte rarissime pour répondre aux accusations de violences sexuelles, qui secouent le patinage artistique français.

« Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle. Je lui ai donc demandé d’assumer toutes ses responsabilités et de démissionner » a déclaré la ministre en dénonçant « un dysfonctionnement général au sein de la Fédération ».

Roxana Maracineanu a également annoncé une nouvelle enquête administrative sur la Fédération et son intention de saisir le procureur de la République pour obtenir une enquête pénale.

Elle a également promis d’aider à la création d’une « association de victimes. Leur prise de parole ne sera pas vaine ».

Didier Gailhaguet, insubmersible et puissant patron de la FFSG depuis 1998, n’entend pas se laisser faire.

« Elle ne m’a pas écouté et, surtout, elle ne m’a pas entendu » a-t’il déploré après son entretien avec la ministre des Sports.

Il a promis de faire des révélations, demain, lors d’une conférence de presse.

Le principal sujet du face-à-face entre la ministre et Didier Gailhaguet a été le rôle que la fédération a pu avoir dans le maintien, dans les années 2000, de Gilles Beyer, accusé de viol par Sarah Abitbol.

L’entraîneur avait déjà été soupçonné d’attitudes peu appropriées à l’époque.

Dans son livre, les accusations de Sarah Abitbol portent sur les années 1990 à 1992.

« Bien avant que je ne devienne président de cette fédération » a insisté Didier Gailhaguet.

Il le deviendra en 1998.

Il laissera sa place de directeur des équipes de France à Gilles Beyer, l’un de ses proches.

Au début des années 2000, Gilles Beyer est visé par la plainte d’une autre patineuse, classée sans suite.

Puis, une enquête administrative est menée par des inspecteurs généraux de la Jeunesse et des Sports.

Cette enquête a conduit à mettre fin à ses fonctions de cadre technique à la Fédération.

Pourtant, Gilles Beyer va garder une place centrale au club parisien des « Français volants », dont il apparaissait encore la semaine dernière comme manager, ainsi qu’à la Fédération, où il a occupé un poste au bureau exécutif jusqu’en 2018.

Basés à Bercy, les « Français volants » sont une place forte du patinage français dans les années 2000.

Hier, Didier Gailhaguet a cherché à se défendre en mettant en cause Marie-George Buffet, ministre des Sports entre 1997 et 2002.

« Elle nous a retiré Beyer et elle nous l’a renvoyé ».

« Du brouillard pour échapper au fond de l’affaire » a réagi Marie-Georges Buffet.

Après avoir nié, Gilles Beyer a concédé des « relations intimes et inappropriées avec Sarah Abitbol ».

Quid de la suite de ce tremblement de terre dans le patinage français ?

Concrètement, Roxana Maracineanu ne peut pas limoger Didier Gailhaguet.

En demandant sa démission et en brandissant la menace d’un retrait de délégation de l’État à la FFSG, elle met toutefois la pression sur le président de la Fédération.

Ce n’est pas la première fois que Didier Gailhaguet est « mouillé » dans des affaires.

Éclaboussé par une affaire de tricherie, lors des Jeux Olympiques de 2002, il avait été interdit de toute fonction dans le patinage international pendant trois ans.

En 2004, il avait démissionné de la présidence de la FFSG, après un rapport dénonçant des dérives de gestion.

Il a retrouvé la tête de la Fédération en 2007.

30 janvier 2020

30|01 ~ RUGBY ~ Le retour de l’homophobe provoque des remous…

Classé dans : SPORTS — fierementgay @ 11 h 16 min

rugby

Gareth Thomas, ancien ailier international et premier rugbyman à s’être déclaré homosexuel, s’est dit « très contrarié » par le recrutement d’Israel Folau par le club français des « Dragons Catalans ».

« Donc, Folau rejoint la Super League ! Je suis très déçu alors que ce sport, les joueurs et les supporteurs, ont été si bons avec moi. Tout ce que j’espère, c’est que, tout comme Folau revendique son droit à s’exprimer, les joueurs et les supporteurs auront le droit de répondre. Je ne le regarderai jamais jouer » a tweeté Gareth Thomas.

Fervent chrétien évangélique, Israel Folau a toujours fait preuve d’une homophobie féroce.

Le club de rugby à XIII des « Dragons Catalans », basé à Perpignan, a décidé de passer outre.

De son côté, Robert Elstone, président exécutif de la « Super League », championnat qui regroupe des équipes anglaises, les « Dragons » et une franchise canadienne, a critiqué ce recrutement.

Pour sa part, le club anglais de Wigan a annoncé que le jour de son match à domicile contre Perpignan sera désigné « Proud Day ».

Une action contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle.

Ses joueurs porteront des chaussettes et des lacets arc-en-ciel.

Michael Carter, président de Wakefield, contre qui Israel Folau pourrait effectuer ses débuts, a indiqué que les autres clubs n’avaient pas été consultés.

Selon lui, ils auraient été contre un tel recrutement.

« Je ne pense pas qu’il fallait le laisser venir. Est-ce qu’on est considéré maintenant comme un filet de sécurité pour ceux qui se font virer d’un autre sport ? Les vues, qu’il professe, sont répugnantes et les masquer derrière des convictions religieuses est une mauvaise chose » a-t’il déclaré.

1...4546474849

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769