18 septembre 2019

18|09 ~ AUSTRALIE ~ Virée parce qu’elle défend le mariage homosexuel…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 13 h 13 min

Rachel-Colvin

Le « Ballarat Christian College », école privée de l’État du Victoria, aurait fait pression sur l’une de ses enseignantes, Rachel Colvin, pour qu’elle démissionne.

Celle-ci désapprouvait la position anti-mariage homosexuel de l’établissement.

La direction a justifié sa décision en avançant la crainte de voir les parents retirer leurs enfants de l’école.

Chrétienne engagée et mère de trois enfants, Rachel Colvin est professeur d’anglais au « Ballarat Christian College » depuis 2008.

Le mois dernier, les responsables de l’établissement lui ont annoncé qu’elle ne pourrait plus travailler au sein de l’école, bien qu’elle ait proposé de taire son opinion.

Rachel Colvin a saisi le tribunal civil et administratif pour discrimination, en vertu de la loi de 2010 sur « l’égalité des chances » en vigueur dans l’État.

« J’ai adoré mon job. Je suis extrêmement travailleuse. Que ça se termine ainsi est professionnellement humiliant. Je vois cela comme une opportunité donnée par Dieu de défendre ce qui est juste, de représenter ce en quoi Dieu consiste vraiment : aimer les autres ».

L’enseignante a expliqué qu’elle attaquait son ancien employeur pour manifester son soutien aux élèves LGBT.

« Ils ont été créés tels qu’ils sont. À l’image de Dieu. Ils sont pleinement aimés de Dieu et partagent une dignité égale avec tous les êtres humains ».

En 2018, le « Ballarat Christian College » a mis à jour son règlement intérieur après la légalisation du mariage homosexuel en Australie.

« Dieu a conçu les deux sexes, homme et femme, dans un but de joie et de procréation, dans le seul cadre du mariage. Ainsi, un mariage ne peut être qu’entre un homme et une femme et c’est seulement sur cette base que les enfants doivent être conçus et les familles formées » explique le règlement ».

Suite à la démission forcée de Rachel Colvin, la direction de l’école a refusé tout commentaire.

C’est Mark Spencer, porte-parole des écoles chrétiennes australiennes, qui s’est exprimé.

« Cet évènement n’envoie aucun message aux élèves LGBT. L’école se soucie de tous ses élèves. Vous pouvez toujours prendre soin des gens et les aimer. Même si vous avez des croyances différentes ».

En 2015, le « Ballarat Christian College » avait été vandalisé suite à l’action du directeur, qui avait exhorté les professeurs à s’opposer au mariage homosexuel.

18|09 ~ BRÉSIL ~ Menacé de mort pour son soutien à la communauté LGBT…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 13 h 01 min

bresil

Un YouTuber, suivi par plus de 34 millions d’internautes, a annoncé être la cible de « menaces de toutes sortes », y compris de mort.

Des menaces qui font suite à son soutien pour la cause LGBT lors de la « Biennale du livre de Rio de Janeiro ».

Felipe Neto, comédien, a reçu des « messages anonymes » et a décidé de porter plainte.

Invoquant « un risque imminent », il a annulé sa participation à une rencontre sur l’éducation, qui devait se tenir avant-hier.

Il a annoncé être parti à l’étranger avec sa mère, cette dernière étant également « menacée de mort ».

« Il est atterrant qu’au Brésil, en 2019, un individu soit empêché de s’exprimer et de lutter contre la censure et l’oppression sans être menacé » a déclaré Felipe Neto dans un communiqué.

Ses critiques, envers la politique de Jair Bolsonaro, lui valent des attaques constantes des partisans du président d’extrême droite.

Les hostilités ont passé le cran supérieur, ce mois-ci, après qu’il ait acheté et distribué gratuitement 14 000 exemplaires de livres aux thématiques LGBT.

Il entendait protester contre la volonté du maire de la ville, Marcelo Crivella, de censurer une bande dessinée montrant un baiser entre deux hommes.

Après divers rebondissements, la Cour suprême du Brésil avait annulé l’ordre du maire ultra-conservateur.

Sur les réseaux sociaux, Felipe Neto est devenu la cible d’une campagne appelée « #ParentsContreFelipeNeto », en référence aux enfants et adolescents qui forment le public de sa chaîne YouTube.

« Celui, qui dit que mon contenu exerce une mauvaise influence sur les jeunes, n’a pas vu ma chaîne, n’a aucune idée. Je continuerai de lutter contre l’obscurantisme et l’oppression par tous les moyens » conclut Felipe Neto

17 septembre 2019

LIRE ~ C’est annoncé…

Classé dans : Regarder ~ Lire ~ Écouter — fierementgay @ 15 h 05 min

0919 L ILE DU DIABLE

&&&&&&&&&&&&

0919 MEMOIRES VIVES

0919 OSEZ VOS REVES

0919 ROMANESQUE

0925 L AFFAIRE NOBEL

0925 NOUS ETIONS MERVEILLEUSES

17|09 ~ SPORTS ~ Technologie, bien-être, innovation sont ses terrains de jeu…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 15 h 02 min

Michalak

Sportifs, industriels, chercheurs…

Trop souvent, ce sont des mondes qui s’ignorent.

Frédéric Michalak, ancien rugbyman, compte instaurer le dialogue durant le « Sport Unlimitech », qui se déroulera à Lyon, à partir de jeudi.

« Tout le monde a envie de savoir comment sera le sport de demain » souligne Frédéric Michalak, qui a mené ce projet parallèlement à ses activités de consultant à la télévision.

Déjà bien engagé dans sa reconversion professionnelle, il passe à la dimension supérieure avec cet événement où il espère plus de 10 000 visiteurs.

À la fois salon rassemblant une centaine d’exposants, lieu de débats et grande fête populaire autour du sport, « Sport Unlimitech » ouvrira avec deux journées adressées aux professionnels, suivies d’une journée grand public.

Tous les grands instituts français de recherche ont répondu présents.

Une pléiade de sportifs ou ex-sportifs sera là : Yannick Agnel, Alexandra Lacrabère, Éric Abidal, Thierry Dusautoir et Yannick Nyanga.

De la performance au bien-être, du stade connecté aux équipements bardés de capteurs, de la nutrition à la santé, toutes les thématiques du sport de demain sont au menu des débats.

Comme Frédéric Michalak, d’autres champions, en cours de reconversion, présenteront des projets leur tenant à coeur.

Un dispositif d’électro-musculation pour le rugbyman, Vincent Clerc.

Un jeu vidéo pour le conducteur de rallye, Sébastien Loeb.

Cyril Moret, escrimeur handisport, portera les couleurs d’une startup oeuvrant dans le domaine du sport et du handicap.

Pour ceux qui le connaissent, cette reconversion de Frédéric Michalak est loin d’être une surprise.

Avant même de finir sa carrière sportive, le joueur avait déjà posé investi dans une entreprise d’événementiels.

Pour « Sport Unlimitech », Frédéric Michalak a fait appel à Olivier Ginon, patron d’une grande entreprise travaillant aussi dans l’évènementiel.

« Olivier Ginon a apporté son expérience. Il m’a laissé la possibilité d’avancer avec mes idées, tout en mettant à disposition des ressources humaines » explique Frédéric Michalak.

« Le montage d’une opération aussi lourde n’a pas été de tout repos. On a frappé à toutes les portes. Ce fut huit mois difficiles, mais vécus à 200%. Quand vous lancez quelque chose, il faut s’investir à fond ».

Ce premier rendez-vous se tiendra entre le stade de Gerland, à Lyon, et le Palais des Sports, qui lui fait face.

Le e-sport occupera une place importante dans l’événement.

Le Palais des Sports y sera entièrement dévolu pendant la journée grand public.

Frédéric Michalak espère en faire une grande fête populaire.

« On est en mode entrepreneurs, mais on veut faire les choses en grand. Tout en gardant à l’esprit l’exigence de rentabilité » résume Frédéric Michalak.

17|09 ~ POLITIQUE ~ Le gouvernement s’attaque aux trafics de drogue…

Classé dans : À savoir — fierementgay @ 14 h 35 min

politique

Une nouvelle organisation pour « frapper fort ».

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a présenté un nouveau plan anti-drogue avec, comme mesure phare, la création d’un organisme, « Ofast », comme chef de file de la lutte contre les trafics de stupéfiants.

« Le message aux trafiquants est clair : la France ne sera pas leur terrain de jeu » a lancé le ministre depuis Marseille, où des règlements de comptes, liés aux trafics de stupéfiants, secouent régulièrement la cité.

Accompagné de Nicole Belloubet, ministre de la Justice, Gérald Darmanin, ministre des comptes Publics, ainsi que de Laurent Nuñez, son secrétaire d’État, Christophe Castaner a déclaré que « cette réforme de la lutte contre le trafic de stupéfiants est impérative, face aux méthodes plus violentes, moins traçables des trafiquants. En 66 ans, tout a changé, sauf notre organisation. Les trafics se sont industrialisés, mondialisés ».

Désigné pilier de cette réforme, comprenant cinquante-cinq mesures, l’Ofast, « Office antistupéfiants », remplacera l’Office central pour la répression du trafic illégal de stupéfiants. 

« L’Ofast, qui devra être opérationnel dès le 1er janvier prochain, coordonnera l’action de tous les acteurs dans la lutte antistupéfiants au niveau local et national » a expliqué Christophe Castaner.

Pour la première fois, seront associés police, gendarmerie, douanes et magistrats.

Il aura à sa tête Stéphanie Charbonnier, actuelle conseillère justice du directeur général de la police nationale.

Elle sera secondée par le procureur de Bayonne.

Cette nouvelle entité, dont « l’objectif est de mutualiser les forces des différents acteurs de la lutte contre les trafics de drogue », comptera 150 enquêteurs et disposera de 16 antennes territoriales en métropole et dans les outre-mer.

Le ministre de l’Intérieur a insisté sur la nécessité d’accroître le système de renseignement par une montée en puissance des cellules du renseignement opérationnel contre les stupéfiants.

De même, il a mis l’accent sur « l’importance de toucher au patrimoine des dealers. Aujourd’hui, sur 500 millions d’euros d’avoirs criminels saisis, seulement 10% sont issus des trafics de stupéfiants ».

Une plateforme d’appel, pour signaler les points de vente, va être mise en place.

En outre, « une grande campagne de sensibilisation sera lancée pour casser l’image festive de la drogue ». 

Pour sa part, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a annoncé vouloir « rendre opérationnelle, courant 2020, l’amende forfaitaire sanctionnant l’usage de stupéfiants ».

Cette amende de 200 euros doit permettre de sanctionner l’usage illicite de stupéfiants.

En présentant cette nouvelle étape de la lutte contre les stupéfiants, Christophe Castaner a prévenu que « ce combat sera long, complexe et dangereux ».

Pour autant, il a promis que « le gouvernement le mènera sans relâche. De l’international à la cage d’escalier ».

12345...4630

Telephone rose |
Divinebeaut |
Fitchdemyth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Promovareok
| Perruquescheveuxnaturels
| Lee6769